Analyse de l'actualité

Rwanda : Les incohérences de l’affaire du gouvernement contre le Dr Kayumba Christopher

Article publié par The Chronicles.

Une femme qui a travaillé pour le Dr Christopher Kayumba en tant que femme de ménage, et qui l’accuse maintenant de l’avoir violée à plusieurs reprises, ne sait pas combien de pièces compte sa maison – ce n’est qu’une de nombreuses incohérences étranges dans une affaire pour laquelle il pourrait aller en prison.

Le Dr Kayumba a été arrêté le 9 septembre par le RIB sur la base d’accusations selon lesquelles deux femmes avaient porté plainte pour viol.

L’une d’elles, Fiona Muthoni, une journaliste de CNBC Africa, affirme que Kayumba a tenté de la violer en 2017. Apparemment, elle a réussi à s’enfuir de chez lui avant qu’il ne puisse accomplir sa mission.

Une autre est Gorette Yankurije, qui était une femme de chambre chez Kayumba.

Dans le récit remis aux enquêteurs, Yankurije affirme que le Dr Kayumba a abusé sexuellement d’elle à plusieurs reprises contre sa volonté en 2012.

Le 28 septembre, Kayumba a comparu devant le tribunal de première instance de Kicukiro où il a demandé à être libéré sous caution, alors que l’accusation souhaitait qu’il soit détenu pendant les 30 jours habituels pendant que l’enquête se poursuit. Malgré ses arguments, le tribunal a donné raison à l’État et l’a envoyé à la prison de Mageragere.

Le Dr Kayumba est actuellement emprisonné à Mageragerr

Depuis, Kayumba a fait appel et a été entendu ce jeudi.

Dans son appel, par l’intermédiaire de son avocat Ntirenganya Seif, le Dr Kayumba dénonce des failles dans le témoignage supposé des deux femmes.

Dans le cas de Fiona Muthoni, le Dr Kayumba a déclaré que toutes ses affirmations sont des fabrications parce que cela ne s’est jamais produit. Kayumba dit que Muthoni est un projet de personnes « puissantes » qui ont juré de le « détruire criminellement » s’il ne renonçait pas à ses ambitions politiques.

En mars dernier, deux jours après que Kayumba ait annoncé la formation de la Plateforme rwandaise pour la démocratie (RPD), des allégations de viol ont fait surface. Muthoni est intervenu quelques jours plus tard, racontant ses allégations sur Twitter.

Quant à la femme de chambre du Dr Kayumba, son récit, présenté par l’accusation au tribunal, comporte plusieurs points qui, selon Kayumba et son avocat, montrent qu’il s’agit de « fabrications de mauvaise qualité ». La femme ne sait pas combien de pièces compte la maison du Dr Kayumba, bien qu’elle y ait travaillé pendant un certain temps. La femme n’a pas pu dire si le Dr Kayumba est circoncis ou non. Dans le récit de l’accusation, la femme ne dit pas quels mois exactement les épisodes de viol ont eu lieu.

Les accusations ont été faites deux jours après que le Dr Kayuma ait annoncé la formation de son parti politique.

Dans sa présentation, l’avocat de la défense Ntirenganya a déclaré que pour toute affaire de viol, la partie accusatrice est tenue par la loi de produire des documents médicaux et des témoignages d’experts qui confirment les allégations de viol. Dans l’affaire Kayumba, le dossier de l’accusation ne contient rien de tout cela. L’avocat de la défense affirme également que l’accusation a délibérément exclu certains témoignages cruciaux de son dossier parce que ces personnes donnaient des détails qui contredisaient ses arguments contre Kayumba. L’avocat a demandé à la cour de réadmettre le témoignage de ces témoins qui ont été omis par l’accusation.

Dans une autre de ses interventions, Kayumba a déclaré que ce que l’accusation a fait est exactement la même tactique utilisée par le gouvernement de l’ex-président Juvenal Habyarimana avant 1994 contre les critiques politiques. A ce moment-là, cependant, le président du tribunal est intervenu pour dire à Kayumba qu’il était hors sujet parce que comparer les poursuites entre et pendant l’époque d’Habyarimana ne fait pas partie de son appel.

Kayumba a déclaré avoir été averti par de hauts fonctionnaires du gouvernement, qu’il n’a pas nommés, que s’il voulait vivre au Rwanda, il devait renoncer à son parti politique et présenter ses excuses au président Paul Kagame. Il a déclaré que ces fonctionnaires lui ont dit d’organiser une conférence de presse pour faire cette annonce.

Kayumba a déclaré que la création d’un parti politique est un droit légal et qu’il n’avait commis aucun crime, et qu’il ne pouvait donc pas arrêter son travail.

Quand son tour est venu, l’accusation a consacré moins de 5 minutes à l’affaire, se contentant de dire que l’appel de Kayumba ne fournit pas de motifs légaux pour lesquels il devrait être libéré sous caution. Et ainsi, l’accusation a réaffirmé sa position selon laquelle il ne devrait pas être autorisé à retourner dans la société, seulement après que son affaire ait été traitée sur le fond. Quelques semaines après la formation du RPD, son secrétaire à la mobilisation, John Bosco Nkusi, a été arrêté et se trouve depuis en détention provisoire. Il est accusé d’avoir formé une organisation criminelle, qui, selon l’État, n’a aucun lien avec le parti RPD. Kayumba a passé un an en prison après avoir été condamné pour avoir provoqué des troubles à l’aéroport international de Kigali. Il conteste ces accusations, et son appel a été rejeté alors qu’il avait déjà purgé sa peine.

Il est sorti de prison au début du mois de décembre de l’année dernière. Quelques semaines plus tard, il a écrit deux longues lettres ouvertes au président Kagame dans lesquelles il fait des déclarations fortes.  Les lettres ont été publiées par The Chronicles.

Article publié par The Chronicles.

Pour lire les lettres :

Rwanda : la lettre à Kagame qui traduit le malaise social et économique – Partie 1

Rwanda : Lettre à Kagame – recommandations pour mettre fin au malaise – Partie 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s