Analyse de l'actualité

France-Rwanda-Mozambique : Emmanuel Macron derrière l’envoi des troupes de Paul Kagame au Mozambique

France-Rwanda-Mozambique : Emmanuel Macron derrière l’envoi des troupes de Paul Kagame au Mozambique

Le 23 Mai 2021 la police du Mozambique a arrêté Cassien Ntamuhanga, journaliste, activiste pour le respect des droits de l’Homme, fondateur d’un mouvement critique à l’égard de Paul Kagame. Cela fait 50 jours que Cassien Ntamuhanga est détenu au secret au Mozambique et la police du Mozambique enquête pour savoir ce qu’il est devenu d’un homme qu’ils ont arrêté et placé en détention dans leurs prisons secrètes. Après la lecture de cet article publié par Afro America Network, l’on se dit que pour Emmanuel Macron, la vie de la jeunesse africaine serait le prix à payer pour que la France accède aux richesses du sous-sol africain.

Pour en savoir plus sur l’arrestation de Ntamuhanga Cassien, vous pouvez lire ce rapport publié par HRW : Mozambique : Le sort d’un demandeur d’asile rwandais soulève de graves inquiétudes

France-Rwanda-Mozambique : Paul Kagame déploie des troupes au Mozambique suite à la visite du président français Emmanuel Macron

Article original publié en anglais par Afro America Network

Le 9 juillet 2021, le gouvernement rwandais a annoncé qu’il déployait 1 000 soldats au Mozambique, dans la province de Cabo Delgado, à partir de cette date, à la demande du gouvernement mozambicain, pour lutter contre l’insécurité croissante et la guerre civile.  Cette annonce fait suite à la visite au Rwanda, les 26 et 27 mai 2021, du président français Emmanuel Macron. Le déploiement immédiat des troupes rwandaises sous le commandement militaire du Mozambique, malgré les réserves des principaux dirigeants de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) semblent confirmer les informations des sources d’AfroAmerica Network auprès du gouvernement rwandais, publiées dans des rapports antérieurs.

Le 9 juillet 2021, le gouvernement rwandais a annoncé qu’il déployait 1 000 soldats au Mozambique, dans la province de Cabo Delgado, à partir de cette date, à la demande du gouvernement mozambicain, pour lutter contre l’insécurité croissante et la guerre civile.  Cette annonce fait suite à la visite au Rwanda, les 26 et 27 mai 2021, du président français Emmanuel Macron. Le déploiement immédiat des troupes rwandaises sous le commandement militaire du Mozambique, malgré les réserves des principaux dirigeants de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) semble confirmer les informations des sources d’AfroAmerica Network auprès du gouvernement rwandais, publiées dans des rapports antérieurs.

Une semaine après cette rencontre à Paris Ntamuhanga Cassien a été arrêté, juste avant la visite d’Emmanuel Macron au Rwanda!

La visite d’Emmanuel Macron avait soulevé une question persistante sur le pourquoi de cette soudaine volonté d’améliorer les relations diplomatiques entre le gouvernement du dictateur rwandais Paul Kagame et la France après tant d’années de conflit.  Des sources d’AfroAmerica Network proches des gouvernements rwandais et mozambicain avaient alors fourni quelques informations sur la raison de ce rapprochement : la guerre civile en cours au Mozambique.

Selon les sources au Rwanda et au Mozambique, la guerre civile en cours suite à une rébellion d’un groupe islamiste présumé au Mozambique est la raison principale du rapprochement entre Emmanuel Macron et Paul Kagame (voir ici : France-Rwanda : La visite d’Emmanuel Macron à Paul Kagame au Rwanda concernait-elle le Mozambique ?). En effet, les troupes rwandaises seront déployées dans la région mozambicaine de Cabo Delgado, notamment à Afungi, une zone riche en pétrole, gaz et minéraux.

Les intérêts de la France : accéder au pétrole, gaz et minéraux du sous-sol mozambicain, peu importe le prix humain pour les Africains.

Relations France – Rwanda :  Une condition sine qua non des forces rwandaises de maintien de la paix au Mozambique

Les richesses minérales et pétrolières de la région ont été exploitées par le gaz naturel liquéfié (GNL) appartenant à des multinationales françaises. On estime que le GNL est le plus grand investissement étranger français en Afrique, évalué à 20 milliards de dollars. Le projet appartient à la société française Total Energies, un conglomérat multinational spécialisé dans le pétrole et l’énergie.

Total Energies a dû suspendre ses activités au Mozambique après que le site du projet GNL à Afungi a été attaqué à plusieurs reprises par les rebelles de l’État islamique à la fin de 2020 et au début de 2021, notamment en mars 2021.

La communication du gouvernement rwandais mentionne que le déploiement immédiat a été demandé par le président du Mozambique, Felipe Nyusi. Le déploiement est l’exécution d’un plan élaboré qui a été adopté comme suit : Le président mozambicain avait approché le dictateur rwandais Paul Kagame pour lui demander d’envoyer des troupes au Mozambique en tant que forces de maintien de la paix. La France devait alors l’aider à convaincre Paul Kagame et fournirait les fonds nécessaires à ces opérations.

L’exécution du plan s’est déroulée comme suit :

  • Le président mozambicain Felipe Nyusi a effectué une visite soudaine et courte au Rwanda le 28 avril 2021.
  • Puis, les 26 et 27 mai 2021, le président français Emmanuel Macron a effectué une visite symbolique au Rwanda. Après le Rwanda, Emmanuel Macron s’est dirigé vers le sud : l’Afrique du Sud, pays voisin du Mozambique, au sud.
  • En Afrique du Sud, Emmanuel Macron a annoncé les résultats des négociations avec Paul Kagame.

Ensuite, un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) s’est tenu au Centre international de conférences Joaquim Chissano à Maputo, en République du Mozambique, le 23 juin 2021.

Le sommet a été officiellement dirigé par Filipe Jacinto Nyusi, en tant que président de la SADC. Felipe Jacinto Nyusi avait demandé à autoriser la participation du Rwanda à la réunion. Cette demande a été massivement rejetée par les autres dirigeants de la SADC, notamment l’Angola, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et la Zambie.   Les dirigeants de la SADC ont insisté pour que toute troupe envoyée au Mozambique soit placée sous le commandement de la SADC. 

C’est pourquoi les troupes rwandaises seront envoyées et resteront sous le commandement de l’armée mozambicaine.

La suite :  Les troupes rwandaises aideront-elles à mettre fin à la guerre civile au Mozambique et à protéger les intérêts des multinationales françaises ?

AfroAmerica Network suivra cette histoire.

Traduit et adapté par Alice Mutikeys

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s