Divers

Rwanda : « Électronisation » et « biologisation » d’une idéologie par l’État

Article d’opinion écrit par un lecteur des Les-Mutikeys



Pour les intérêts du FPR, le Gouvernement Rwandais a créé un crime dénommé « l’idéologie du génocide » à endosser à ses critiques et opposants. Ce crime vise à obstruer l’accès à démocratie et priver le peuple de la liberté afin de l’exploiter jusqu’à la moelle épinière. Nommé ingengabitekerezo ya jenoside, en Kinyarwanda, ce vocable ne reflète ni la réalité historique ni le quotidien du peuple rwandais. Avant la guerre de 1990 au Rwanda, il n’y a jamais eu aucun document intitulé “idéologie du génocide” dans lequel l’on peut traquer les tenants et les aboutissants de ce mal. S’il y en a eu un, le Tribunal Pénal International Pour le Rwanda l’aurait découvert et juger les auteurs.

Aujourd’hui en 2022, l’observation du discours répandu sur les réseaux sociaux suivis par un grand nombre des Rwandais m’a fait remarquer une volonté des tenants du pouvoir au Rwanda d’utiliser les imageries, que je qualifierais d’« electronisation et biologisation d’ une idéologie », dans leur propagande contre quiconque ose dénoncer les bavures entretenues par l’ oligarchie militaire et politique. Le concept combien douteux de cette idéologie constitue un véritable boomrang qui, un jour, se tournera contre ceux-là même qui l’ont créée. J’ai évité d’inclure les exemples d’injures dans mon écrit pour ne pas entretenir la normalisation du mal.

Vous pouvez lire aussi cet article : Le suprémacisme au Rwanda, le lien avec l’idéologie du génocide ?


« Electronisation » d’une idéologie

Quand le FPR dit que quelqu’un a une idéologie du génocide, ingengabitekerezo, c’est comme s’il y’ a une carte mémoire idéologique à l’intérieur de la personne où différentes idéologies seraient stockées. Questions : Les Rwandais seraient-ils devenus des machines à idéologie ?

Une personne en tant qu’individu peut-elle, à elle seule, avoir une idéologie ? Absolument pas. Il n’est plus secret à personne que tous les êtres vivants ont une particularité de conserver beaucoup d’information non seulement à travers le système nerveux, mais aussi dans plusieurs autres parties du corps. Si l’analogie de la robotique fonctionne bien pour le gouvernement Rwandais, dans quelle partie du corps est-elle cachée cette fameuse idéologie ? Le gouvernement n’a pas la capacité de démêler le nébuleux écheveau d’information détenu par les individus pour savoir qui a une idéologie et qui ne l’a pas. Si nos « experts idéologues » sont capables de lire la mémoire des communs des mortels, quelles méthodes utilisent-t-ils pour distinguer dans la même personne, son idéologie propre et l’idéologie emmenée par les autres ?



Par contre, un groupe d’individus, comme parti politique, peut avoir une tendance intellectuelle (capitaliste, nationaliste, marxiste, etc.), concevoir et publier (sous forme écrite ou autre) un condensé d’idées pouvant être qualifié d’idéologie. C’est à ce moment que l’adhésion des membres est claire.

Pour le cas de l’idéologie du génocide au Rwanda, seuls les tenants du pouvoir au Rwanda font la publicité de cette invention et les citoyens ordinaires ne comprennent pas ce que ça signifie réellement. L’article 2 de la loi numéro 2008 du 23 juillet 2008 portant répression du crime d’idéologie du génocide (http://www.droit-afrique.com/upload/doc/rwanda/Rwanda-Loi-2008-18-repression-ideologie-genocide.pdf), défini cette idéologie comme : «[…]un agrégat d’idées qui se manifestent par des comportements, des propos, des écrits et tous les autres actes visant ou incitant les autres à exterminer des groupes humains en raison de leur ethnie, origine, nationalité, région, couleur, apparence physique, sexe, langue, religion ou opinion politique, en temps normal ou en temps de guerre ».

Comme c’est une loi et que je ne suis pas juriste, je n’ose pas l’interpréter. Mais l’actualité au Rwanda montre que clairement cette loi est appliquée (abusivement d’ailleurs) contre seulement ceux qui critiquent le pouvoir de Kigali, pourquoi ?

Pourquoi ceux qui ont insulté Victoire Ingabire, Rashid Hakuzimana, Aimable Karasira, Idamange Yvonne, etc. ne sont-ils pas poursuivis ? Que dire de Polisi Denis qui a traité le Président Pasteur Bizimungu et ses semblables de ”poussières” ? En 2000, au parlement rwandais, Denis a invoqué le vocable de “dépoussiérer les institutions”.

« Biologisation d’une idéologie »

En observant toujours ce que veulent nous faire avaler les tenants du pouvoir au Rwanda, ils affirment sans ambages que les jeunes dont les parents vivaient au Rwanda avant 1994, auraient tété le lait plein d’idéologie du génocide. Bien que cette idéologie soit créée par le pouvoir du FPR pour l’utiliser contre l’opposition, ceux qui la diffusent, étant colporteurs, le font maladroitement et se révèlent punissable par la même loi. N’eut été les gens comme Tom Ndahiro, Sadate Munyakazi et consorts, personne n’aurait connu qu’une idéologie du génocide peut exister. Les injures qu’ils profèrent indiquent la virulence dont la même loi est censée punir.
Au contraire, ceux qui parlent de la justice, de la paix, de la liberté et de l’égalité des chances au Rwanda, comme Victoire Ingabire, sont harcelés dans les médias avec l’accusation d’avoir tété le lait plein d’ingengabitekerezo. Quel est l’état de la matière de cette idéologie (liquide, solide, gazeux) ?
Que les insulteurs, calomniateurs et jeteurs de mauvais sorts attitrés cessent d’insulter les seins des mamans rwandais qui font tout pour faire revivre et resouder la société rwandaise endeuillées depuis la guerre de 1990. Cette « biologisation de l’idéologie du génocide » est un signe le plus important qu’il s’agit d’un instrument de propagande et de guerre psychologique contre la population d’un territoire occupé pour mettre les oppresseurs devant et les opprimés derrière.

Appliquée à tous azimuts pour freiner la démocratie tant chère pour les Rwandais, la fameuse loi s’amenuisera un jour puisqu’ elle s’applique contre les uns pour contenter les autres. Les personnes qui subissent cette loi sont ceux qui font tout pour ne pas la transgresser. Réclamer la démocratie, la liberté et l’égalité des chances n’est pas un péché. La démocratie n’a jamais pêché au Rwanda, car elle ne prêche pas la haine. Elle prêche la paix et l’harmonie entre citoyens dans le respect de la loi. Que les tenants du pouvoir et leurs sympathisants nous disent quel parti politique prêche et pratique la haine plus que le FPR ou ses membres. La majorité de ceux ayant aspiré à se faire élire pour la magistrature suprême, au Rwanda, sont d’une manière ou d’une autre taxés d’idéologie du génocide. Quand est-ce que ceux qui ont conçu et propagé cette idéologie, pour l’endosser aux groupes démocrates, seront-ils jugés ?

Lecteur de Les-Mutikeys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s