Analyse de l'actualité

Un Ballon d’Or pour le rare défenseur du Rwanda

Article original publié par : Black Star News.

Le Rwanda, petit pays du centre de l’Afrique de l’Est, est appelé le « pays des mille collines » en raison de ses collines verdoyantes et de ses versants montagneux. Le Rwanda abrite des gorilles de montagne, aujourd’hui rares, qui vivent dans certaines de ces montagnes. Il est difficile de penser qu’il abrite une histoire sombre : l’horrible génocide qui a eu lieu en 1994, popularisé par le film hollywoodien « Hotel Rwanda ».

Le héros réel du film, Paul Rusesabagina (joué dans le film par Don Cheadle), est un critique acharné du gouvernement rwandais. Rusesabagina est actuellement incarcéré au Rwanda. Le régime rwandais dirigé par Paul Kagame et le parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR), ont organisé et payé l’enlèvement de Rusesabagina de Dubaï au Rwanda en vue de son procès en août de l’année dernière.

Le pays des mille collines est aussi le pays des mille problèmes. Cependant, il y a une lueur d’espoir dans ces milliers de problèmes : des personnes qui font un travail extraordinaire d’activisme et de promotion des droits.

Comment le Rwanda actuel est-il devenu comme ainsi ?

Le régime actuel de Kagame au Rwanda a longtemps été soutenu par les puissances occidentales, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. À l’insu de nombreux Occidentaux, le régime a librement commis des meurtres de masse et des violations des droits de l’homme depuis la fin du génocide de 1994. Des millions de Rwandais ont été tués, torturés, violés, disparus, dépossédés de leurs biens, emprisonnés ou contraints à l’exil par le FPR. La liberté de parole et d’expression est pratiquement inexistante dans le Rwanda moderne, et elle est sanctionnée par des peines sévères.

Paul Kagame et le FPR ont pour la plupart du temps échappé aux critiques et aux sanctions internationales. Une grande partie du budget du Rwanda est soutenue par l’aide étrangère, les États-Unis et le Royaume-Uni figurant parmi les principaux donateurs. En plus de son budget, le pays reçoit un soutien militaire, diplomatique, politique et économique de ses alliés occidentaux. Plus insipide encore, le système judiciaire utilisé comme un outil efficace de répression à l’égard des Rwandais est financé par les Pays-Bas. Le président du Rwanda, Kagame, compte sur ses puissants amis.

Les alliés ferment les yeux sur l’agressivité du FPR et, lorsque cela est nécessaire, ils intensifient les relations publiques pour le défendre. Même lorsqu’il s’agit de détruire des Rwandais et la région – en particulier les atrocités commises par les troupes rwandaises en République démocratique du Congo – Kagame peut compter sur les figures de proue occidentales pour minimiser ses crimes. Les amis haut placés de Kagame sont nombreux. Il peut compter sur Tony Blair, Paul Farmer, Bill Clinton, le pasteur Rick Warren, Roméo Dallaire, Patrick de Saint-Exupéry, Bernard Kouchner, et bien d’autres pour prendre défense.

L’impact à grande échelle (dévastateur) de Paul Kagame

L’invasion du Congo par le Rwanda et l’Ouganda au cours des vingt-cinq dernières années a entraîné la mort de plus de six millions de Congolais innocents. C’est plus que le nombre total de décès résultant de la pandémie mondiale de coronavirus à ce jour. Il s’agit du conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale, et les alliés occidentaux ont tenté d’occulter ce fait. Lorsque le rapport Mapping Report des Nations unies pour le Congo a montré que les troupes rwandaises avaient peut-être commis un génocide au Congo, au lieu d’appliquer ses recommandations, les États-Unis ont tenté d’empêcher la publication du rapport par l’intermédiaire de la mission américaine auprès des Nations unies dirigée par Susan Rice.

Aujourd’hui, des signes positifs montrent que l’Occident commence peut-être à être embarrassé par les excès de Kagame et du FPR. Plus tôt cette année, le Commonwealth a décidé de ne pas tenir sa réunion annuelle des chefs de gouvernement au Rwanda. De même, le prochain sommet sur la démocratie organisé aux États-Unis, l’un des principaux pays donateurs du Rwanda, ne compte pas Kagame parmi ses invités. De rares critiques ont fait état de l’appel lancé par un groupe de législateurs américains au gouvernement rwandais pour qu’il libère Paul Rusesabagina. Alors que les États-Unis ont continué à fournir une aide au Rwanda, l’administratrice de l’USAID, Samantha Power, a déclaré : « Je ne pense pas qu’il y ait un environnement sur le terrain qui permette la critique, ou qu’il y ait un développement de partis pluralistes ou les critères que vous auriez dans n’importe quel manuel pour une démocratie libérale. »

Samantha Power a raison de dire que le Rwanda manque d’un environnement propice à la liberté d’expression. Au cours des trois derniers mois, de multiples journalistes et Youtubers qui critiquaient le gouvernement ont été emprisonnés. Idamange Yvonne, une femme dont la chaîne Youtube n’a fonctionné que pendant deux semaines, a été condamnée à 15 ans de prison. Quant à Niyonsenga Dieudonne (Cyuma Hassan), il a été condamné à sept ans de prison après que le gouvernement a fait appel d’un précédent acquittement. Après la condamnation, l’accusation a également admis que l’une des lois utilisées pour condamner Niyonsenga avait expiré en 2019, bien avant qu’il ne soit initialement arrêté en 2020 et qu’il ne passe près d’un an en détention avant sa libération.

Soutien insipide du FPR parmi les citoyens

En octobre, près d’une douzaine de personnes ont été arrêtées, dont le journaliste Theoneste Nsengimana, alors qu’elles planifiaient une discussion Youtube sur les prisonniers politiques du Rwanda. En mai 2021, Aimable Karasira a également été arrêté et n’a plus donné de nouvelles depuis des mois. D’autres, comme Rachid Hakuzimana, attendent actuellement leur procès. De nombreux critiques, libres penseurs et citoyens ordinaires ont croupi dans les prisons rwandaises depuis 1994, provoquant l’augmentation de la population carcérale rwandaise actuelle. De nombreux Rwandais individuels et de petits groupes ayant des intérêts personnels contribuent à la suppression de la liberté d’expression et à l’emprisonnement des personnes mentionnées ci-dessus. IBUKA, une organisation censée représenter les intérêts des rescapés du génocide des Tutsis, est l’un des principaux bailleurs de fonds des campagnes de dénigrement et des motions d’emprisonnement. Cet article sur BlackstarNews décrit bien comment cela fonctionne. Souvent, des organisations comme IBUKA qui prétendent soutenir les groupes privés de droits, finissent par contribuer au harcèlement et à la suppression des Rwandais marginalisés.

Aimable Karasira et Idamange Yvonne, deux Youtubeurs emprisonnés par régime du FPR

En 2019, le professeur et Youtuber Aimable Karasira avait fait l’objet d’un harcèlement constant de la part des autorités haut placées du Rwanda et des membres haut placés du FPR, avec l’assassinat de personnage comme principal outil de harcèlement. Les conséquences de son dénigrement par des organisations civiles liées au FPR ont conduit à son licenciement en tant que professeur d’université à l’automne 2020, avant son arrestation. Récemment, les membres d’IBUKA ont également dirigé leur haine et leur fureur contre Rachid Hakuzimana, un YouTubeur qui attend actuellement son procès au Rwanda. Par la suite, ils se sont tournés vers Niyonsenga (Cyuma Hassan). Tous purgent actuellement leur peine en prison ou en détention, en attendant l’issue de leur procès, bien que leur condamnation soit généralement acquise. Il ne reste plus qu’à savoir quelle sera leur  » peine « .

L’espoir et le Ballon d’Or

Il y a une lueur d’espoir dans ce sombre nuage de souffrance et de collaboration des communautés nationales et internationales. Il existe encore des Rwandais courageux qui refusent d’être complices de la souffrance des masses.

Tous les militants mentionnés ci-dessus se sont sacrifiés pour que les Rwandais ne souffrent pas en silence. Si ces personnes sont relativement nouvelles sur la scène, de nombreux autres journalistes et militants ont été courageux avant l’avènement des médias sociaux.

Cassien Ntamuhanga, Nelson Gatsimbazi, Didas Gasana, Charles Kabonero, Agnes Nkusi Uwimana, Saidath Mukakibibi, Rubens Mukunzi, et bien d’autres ont contribué à défier les régimes répressifs. Chacune de ces personnes a subi une répression sévère et beaucoup sont aujourd’hui en exil. Deo Mushayidi, co-auteur du livre français intitulé « Les secrets du génocide rwandais » avec le journaliste d’investigation Charles Onana, purge une peine de prison à vie après avoir été enlevé en Tanzanie et avoir subi un procès partial.

Joseph Matata est un défenseur de longue date des droits de l’homme au Rwanda. Son travail s’étend sur le Rwanda d’avant et d’après le génocide. Les meilleures qualités de Matata sont son intégrité, sa documentation impeccable et le fait qu’il veille à ce que ses informations atteignent le plus haut niveau de crédibilité. Matata est une bibliothèque ambulante sur les violations des droits de l’homme au Rwanda.

Rare parmi les Rwandais, Matata a pris position contre la répression pendant des décennies, alors que d’autres Rwandais vivaient dans la crainte de défier les autorités. Comme de nombreux défenseurs des droits de l’homme dans le monde, tels que Martin Luther King et Gandhi, il a subi la prison, les insultes, le harcèlement, les campagnes de diffamation et la diabolisation par les régimes et leurs partisans. De nombreuses personnes confrontées à des procès inéquitables se tournent vers Matata pour obtenir des conseils et de la documentation.

Matata est arrivé en Belgique pauvre et sans technologie moderne. Pourtant, il n’a pas hésité à investir le peu de moyens financiers personnels dont il disposait dans la correspondance par FAX, les téléphones et les imprimantes pour documenter ce que subissait le peuple rwandais. Il a voyagé dans toute l’Europe pour rencontrer ses compatriotes et les encourager à suivre ses traces. Son courage extraordinaire et son dévouement à la vérité, même lorsqu’il faut sortir des sentiers battus, l’ont mis en danger face au régime rwandais. Il a également été victime de campagnes de diffamation incessantes de la part de personnes gênées par ses recherches. Matata reste et restera dans le cœur de nombreux Rwandais le lauréat du Ballon d’or lorsqu’il s’agit d’aider les autres. C’est un homme humble qui est toujours motivé pour défendre les autres et qui parle très peu de lui-même et de ses réalisations.

Le travail de Matata pour dénoncer les meurtres de survivants du génocide des Tutsis par le FPR, qui remontent à 1996, mérite d’être souligné. C’était plus de deux décennies avant que Diane Rwigara, une ancienne candidate à la présidence du Rwanda, n’écrive une lettre au président Kagame en 2019 au sujet des meurtres de survivants du génocide des Tutsis. Lorsque Matata a commencé à rendre compte de ces meurtres dans les années 90, les survivants du génocide des Tutsis ont commencé à diriger leur colère contre lui, bien qu’il ait parlé en leur faveur. Ils n’aimaient pas qu’il s’en prenne au FPR, un parti qu’ils soutenaient en dépit de son long passé de massacre et de génocide. Au fil des ans, les survivants du génocide ont commencé à voir le FPR pour ce qu’il est et ont fini par apprécier le travail de Matata. Il est une épine dans le pied de la dictature répressive du Rwanda. Outre son travail, Matata a inspiré et continue d’inspirer des générations de Rwandais qui l’admirent et aspirent à un Rwanda meilleur.

Le travail de toutes les personnes citées ci-dessus – ainsi qu’un changement d’attitude de la communauté internationale envers la dictature rwandaise – apportera un changement positif au Rwanda.

Par Claude Gatebuke et Constance Alice Mutimukeye

A propos des auteurs :

Constance Alice Mutimukeye est une militante des droits de l’homme basée en France et peut être suivie sur twitter @mutikeys. Claude Gatebuke est un survivant du génocide et de la guerre rwandaise basé aux États-Unis et un militant des droits de l’homme. Il peut être suivi sur twitter @shinani1.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s