Analyse de l'actualité

Rwanda : l’inflation sur les produits alimentaires mise sur le dos de la pluie !

C’est une traduction d’un article en Kinyarwanda publié par « Abaryankuna ». 

Comme à son habitude l’Etat rwandais utilise le mensonge pour masquer la réalité. Depuis quelques jours l’Etat justifie l’inflation sur les denrées alimentaires  par la mauvaise météo. Pour Jonh Rwangombwa gouverneur à la Banque nationale du Rwanda, au quatrième trimestre 2019 les prix des produits alimentaires ont augmenté de 20%, une inflation à comparer à celle du troisième trimestre 2019 de 3,2%. Il a aussi stipulé qu’avec cette situation le taux de croissance du Rwanda est de 10,8% et qu’il sera au-dessus de 8% cette année 2020. Pourtant l’Etat rwandais a lui-même annoncé depuis quelques années que la monnaie rwandaise a perdu de la valeur, 4,9%, par rapport au dollar américain. Sans être un expert en économie, on peut se douter que les chiffres annoncés ne sont pas cohérents.

Dans cet article, l’accent est mis sur les causes annoncées par Rwangombwa pour expliquer  l’inflation sur les produits alimentaires. Selon lui « la plus part du temps, cela est dû à l’augmentation de prix des produits alimentaires, nous constatons que l’inflation est de 20% au quatrième trimestre car la saison de pluies  est arrivée en retard avec une forte densité et cela a abimé les cultures. La conséquence a été l’augmentation des prix  des denrées alimentaires sur les marchés. »

L’Etat rwandais est peut-être le seul à ignorer que les fortes pluies au Rwanda datent de quelques semaines ! Ceux qui  ont analysé les explications de John Rwangombwa pensent que les autorités rwandaises veulent masquer les conséquences désastreuses de la fermeture de la frontière  Rwando-ougandaise et les mauvaises relations du Rwanda avec ses pays voisins. Ce qui en résulte est la pénurie au Rwanda des produits alimentaires qui provenaient de l’étranger. L’exemple en est l’augmentation des prix des crèmes pour la peau ou des pattes sur le marché, est-elle aussi liée à la mauvaise météo ? Sauf si les Rwandais se sont mis à cultiver ces produits !

L’inflation des prix n’est pas un phénomène nouveau au Rwanda. En novembre 2019, les prix avaient augmenté de 2,4% comparé au 1,8% de novembre 2018. En avril 2017, les prix avaient augmenté de 7,3% et en aout 2016 de 6,4% (les chiffres proviennent des autorités rwandaises et beaucoup doutent sur leur véracité).  Ces augmentations, étaient-elles dû à la pluie ?

Au mois d’octobre 2019, RFI informait que les prix au Rwanda avaient augmenté suite à la fermeture de la frontière rwando-ougandaise / une rwandaise dans un champ des pommes de terre (Getty Images/Lonely Planet Images/Ariadne Van Zandbergen)

Ce qui est désolant est de voir l’Etat rwandais systématiquement essayer de maquiller les chiffres à chaque publication.  Le but visé  est de faire croire aux Rwandais que l’inflation n’aura pas des conséquences pour eux.  EN juin 2019, Soraya Hakuziyaremye, la ministre rwandaise du Commerce et de l’Industrie, affirmait que l’augmentation des prix « est normal », que le problème vient des commerçants qui en profitent pour augmenter les prix.  Comment l’augmentation des prix peut-elle être normale lorsque les salaires stagnent ? Pourquoi les prix changent à cette vitesse ? Les dirigeants rwandais sont-ils au courant de la réalité que vivent les Rwandais ?

Soraya Hakuziyaremye, pour elle l’augmentation des prix est «normal » tout comme les salaires qui stagnent !

C’est qui était tristement étonnant dans les explications de Rwangombwa, est que pour lui les prix de denrées alimentaires vont rester au niveau de 2019 en 2020. Anticipait-il que la météo ne sera pas au rendez-vous en 2020 ? Ou son explication était –elle un aveu sur la vraie cause de l’augmentation des prix ?

Pour finir, on peut se demander si la famine Nzaramba (nom de la famine qui a ravagé le Rwanda en 2016. L’Etat rwandais a  nié les faits, privant ainsi  les citoyens de l’aide international  et a fini par admettre après la fin de la famine) n’est pas revenue et en grande puissance au Rwanda dans la mesure où les Rwandais sont des otages du pouvoir du FPR dans leur pays. De ce fait, s’ils sont affamés, ils ne seront pas  en mesure de s’exprimer.

Gisubizo Brian

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s