Inspiration : « Si …Tu seras un homme mon fils »

Ceux qui pratiquent la méditation régulière savent que tout est à propos de nous et non des autres.
Quand nous arrivons à aligner notre « soi », cela veut dire faire des actions, avoir des souhaits qui sont en parfaite cohésion avec notre volonté intérieure (celui de la conscience), les planètes s’alignent pour nous. Notre énergie va attirer les énergies semblables aux nôtres et le destin va placer des signes sur notre chemin de la vie. L’action la plus difficile restera notre capacité à interpréter et comprendre ces signes.

A ce stade, vous vous demandez le lien du paragraphe au-dessus avec le titre ? Cette semaine, j’ai commencé un long voyage Turakeye, avec une philosophie de vie que j’ai expliquée (dans les articles sur ce sujet). Curieusement une succession des « coïncidences » est arrivée dans ma vie depuis. Par exemple je suis tombée sur des extraits du poème « Tu seras un homme mon fils ». J’ai voulu le relire et m’en imprégner et je suis tombée sur un site qui l’a publié et surtout sur un des commentaires. L’auteur du commentaire a rappelé dans quel contexte le poème a été écrit et a replacé le poème dans notre époque « Aujourd’hui, l’interprétation que je fais de ce poème est différente. Il n’est plus question de stoïcisme. Nous sommes des êtres sensibles, nous ressentons le plaisir et la douleur. Il est alors respectable d’exprimer ses émotions et ses peines. Toutefois, le texte appelle au courage de celui qui subit une épreuve. Bien qu’on ne choisisse pas la survenue d’un évènement douloureux, d’une infortune ou d’une situation, on choisit comment y réagir au lieu de la subir et de s’apitoyer sur son sort. Même abattu par le destin, l’homme doit se relever pour redevenir souverain de sa vie. C’est le message que je retiens ».
C’est aussi le message que je retiens, c’est ma philosophie, « Subir un minimum des choses dans la vie et si possible ne subir que les imprévus ».

Aussi, j’ai appris que ce poème a été inspiré par Leander Starr Jameson, un extrait sur la description de sa personnalité : « Peu importe ce que l’on pouvait penser de lui ou de ses projets quand il n’était pas là, chaque personne tombait sous son charme en sa présence…Les gens s’attachaient à Jameson avec une ferveur extraordinaire et ce sans qu’il ne l’ait solliciter c’est qui est encore plus extraordinaire. Il affichait une attitude d’un cynisme sévère sur la vie, sur la littérature et sur chaque forme d’idéalisme en particulier sur le culte du héros que lui-même suscitait…Quand il est décédé, The Times, a estimé que sa personnalité étonnante allait laisser une emprise sur ses partisans qui n’était égalée que par celle de Parnell, « le patriote Irlandais » ». Elizabeth Longford.

Conclusion : ceci est une invitation à se regarder dans le miroir et cesser de se regarder dans les miroirs des autres, à prendre du temps pour soi pour s’auto décrypter, une invitation à être un capitaine de son âme.

Le poème :

« Si …Tu seras un homme mon fils »

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaitre,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maitre,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

Alice Mutikeys

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s