Analyse de l'actualité

Tentative de retrait du titre « journaliste » aux Youtubeurs rwandais alors que quatre victimes languissent en prison

Publié le 18 decembre 2020 en anglais par The Chronicles

Quatre personnes se trouvent actuellement dans des geôles rwandaises à cause de contenus qu’elles ont publiés sur leurs chaînes YouTube. Ce ne sont là que quelques-unes de la dizaine de YouTubers qui ont été victimes après avoir publié des contenus qui n’ont pas plu aux autorités.

Au cours des cinq dernières années, on a assisté à une explosion de chaînes YouTube qui se présentent comme des chaînes de télévision. Certaines sont des versions vidéo de sites d’information existants en langue kinyarwanda. D’autres sont mises en ligne par des personnes qui ont travaillé dans les médias, mais qui ont choisi de ne plus le faire parce qu’elles n’étaient bien pas payées.

Dans le même temps, des désaccords dans la fraternité des médias font rage sur la question de savoir si les personnes qui inondent YouTube de contenu, et d’autres sur Twitter et Facebook – mais non rattachées à un quelconque média, doivent être qualifiées de journalistes. Certains ont en fait des cartes de presse officielles qui sont obligatoires pour les journalistes, fournies par la Commission des médias du Rwanda (RMC).

Ces deux dernières années, The Chronicles a documenté les cas d’un gouvernement désireux de limiter l’accès de sa population à l’Internet et d’une jeunesse dont la majorité est sans emploi et qui se tourne de plus en plus vers les médias sociaux.

A GAUCHE : Rene Hubert Nsengiyumva, Niyonsenga Schadrack
AU CENTRE: Mutuyimana Jean Damascène
A DROITE: Aimable Karasira, Mulindahabi Irénè, Nshimiyimana Jean Baptiste

Le ministère des TIC et de l’innovation et la Commission rwandaise des médias (RMC) sont au premier plan des efforts du gouvernement. Cette dernière, conformément à ses statuts juridiques, se présente comme un organisme indépendant qui régule les médias. Cependant, elle reçoit tout son financement du gouvernement.

En conséquence, il est de plus en plus considéré dans les salles de rédaction rwandaises comme supervisant le travail journalistique au nom du gouvernement. La dernière action en date d’une série d’actes de ce type est la décision prise cette semaine visant à enregistrer les chaînes YouTube. Comme l’a rapporté The Chronicles, il faut 50 000 Rwf (52 dollars) pour l’enregistrement.

Suite à notre reportage, cette décision a suscité une réaction et un choc considérables. Le RMC et les défenseurs de l’initiative affirment que l’enregistrement est destiné, en premier lieu, à ceux qui veulent exploiter les chaînes YouTube en tant que « télévisions ». Ensuite, ils affirment qu’il est nécessaire de mettre en place une sorte de contrôle de la prolifération des YouTubers dont les postes jettent le discrédit sur le journalisme.

Mais comme nous l’avons constaté chez les victimes de cette ligne floue de ce qui est approprié et « non professionnel », si le RMC poursuit de demander que les chaînes des Youtubeurs soient enregistrées, beaucoup d’autres en seront victimes.

Depuis octobre 2018, trois jeunes hommes sont en prison à la suite de contenus apparus sur leur chaîne YouTube IWACU TV. Il s’agit de Mutuyimana Jean Damascène, Nshimiyimana Jean Baptiste et Niyonsenga Schadrack. Le trio purge une peine à la prison de Mageragere, près de Kigali.

Le gouvernement les a accusés d’utiliser IWACU TV pour répandre des rumeurs susceptibles de porter atteinte à la sécurité de l’État. La chaîne aurait diffusé plusieurs vidéos, dont une dans laquelle elle rapporte que le gouvernement paniquait à cause du Congrès national rwandais (RNC), faisant référence à un regroupement de dissidents dirigé par l’ancien chef de l’armée en exil en Afrique du Sud, le général Kayumba Nyamwasa.

Un autre groupe est celui de trois personnes composé de René Hubert Nsengiyumva – qui gérait IBYISHIMO.com, un site d’informations sur les affaires religieuses -, Jean Paul Niyitanga, un reporter pour le site et l’évangéliste local Steven Habimana Alias Niyibeshaho.

Les problèmes de ces trois personnes ont été causés par le concours Miss Rwanda 2019 en janvier de l’année dernière. Ils sont accusés d’avoir utilisé la chaîne de YouTube IBYISHIMO TV pour propager des informations à connotation ethnique afin de promouvoir la candidate Josiane Mwiseneza.

Le 7 janvier de la même année, les procureurs affirmaient que le site IBYISHIMO.com a publié un article qui décrivait Mwiseneza comme candidate pour les Rwandais, alors que les autres candidates étaient des étrangères.

Le lendemain, une vidéo a été publiée sur la chaîne YouTube du site IBYISHIMO TV, dans laquelle l’évangéliste Steven Habimana Alias Niyibeshaho a déclaré que si Mwiseneza n’était pas couronnée Miss Rwanda 2019, les Rwandais seraient en larmes et dans la peine.

Le cas de ces trois personnes reste un mystère. Les procédures judiciaires n’ont pas été poursuivies. Le site est hors ligne, et la chaîne YouTube n’a pas été mise à jour depuis leur arrestation. Ils sont également introuvables, car on ne sait pas où ils se trouvent.

Ensuite, il y a le cas de Niyonsenga Dieudonne alias Cyuma, arrêté le 15 avril, qui avait un site web à sensation en Kinyarwanda ISHEMA et la chaîne YouTube « ISHEMA TV ». Avec une personne qui conduisait, Komezusenge Fidele, le RIB dit qu’ils ne respectaient pas l’ordre gouvernemental de  » rester à la maison  » pendant le confinement national suite au COVID-19.

Cyuma Hassan

Ils restent tous les deux en prison car leur affaire n’a pas encore commencé. Les faits du Bureau Rwandais d’Investigation (RIB) et les informations fournies par Niyonsenga alors qu’il croupit en prison, sont aussi divergents que ces cas peuvent l’être.

Plus tôt, un autre individu, Nsengimana Theoneste, qui possède également le site web du journal à sensation UMUBAVU et la chaîne YouTube « UMUBAVU TV », a également été arrêté. RIB a déclaré qu’il s’était rendu dans un quartier pauvre de Kigali où il avait versé 20 000 rwf (21 dollars) à un groupe de personnes – pour qu’elles témoignent devant la caméra en le remerciant de les avoir aidés pendant le confinement. Nsengimana est actuellement libre.

Le 8 avril, le RIB a également arrêté 6 personnes, dont deux membres de l’équipe de la chaîne locale populaire de YouTube, AFRIMAX TV, identifiés comme étant Byiringiro David et Innocent Valentin Muhirwa. Ces personnes s’étaient également rendues dans le quartier de Bannyahe.

La raison pour laquelle le quartier Bannyahe est l’endroit où les YouTubers ont été arrêtés, est due à diverses explications cruciales. En mars dernier, des soldats lourdement armés ont violé de nombreuses femmes lors de la fermeture de COVID-19. Cinq soldats ont été arrêtés et inculpés.

Ce même quartier connaît les pires conditions de vie de tous les bidonvilles de Kigali. Des milliers de personnes désespérément pauvres vivent dans ce quartier. Ils ont refusé une offre de relogement du gouvernement. Mais il y a deux semaines, certains ont commencé à déménager – pressentant que s’ils continuaient à réfuser, ils pourraient perdre la possibilité de s’installer dans de nouveaux appartements dans une autre banlieue.

Les Youtubeurs ne sont pas les seuls à rechercher régulièrement des nouvelles de ce quartier. Si un média veut faire un reportage sur une situation que le gouvernement est incapable de résoudre, ce quartier Bannyahe est l’endroit. Les Youtubeurs, en particulier ISHEMA TV et UMUBAVU TV, s’étaient donné pour objectif de se rendre dans différents quartiers pour produire des vidéos de la population locale en train de mourir de faim à cause du confinement. Ces chaînes diffusaient également des vidéos de personnes qui se battent pour obtenir de petites portions de nourriture livrées par des agences gouvernementales.

Il semble que le gouvernement en ait eu assez de ces vidéos négatives. Avant la déclaration de la Commission des médias du Rwanda en avril dernier prenant position sur YouTubers, leurs arrestations ont provoqué la colère sur les réseaux sociaux de certaines sections de la communauté des médias. Après que le RMC se soit rangé du côté du gouvernement, les réactions ont été mitigées.

Le RMC, à la défense de sa dernière action pour l’enregistrement de YouTubers, déclare qu’elle vise à mettre un terme à un phénomène où les gens appellent des fonctionnaires et des personnes ordinaires à la recherche d’interviews en se prétendant être des journalistes. Le RMC indique qu’après l’enregistrement, les personnes cherchant à obtenir des interviews pour leurs chaînes YouTube devront présenter une carte de presse émise par le RMC à leurs interlocuteurs.

Il y a aussi le cas d’Olivier Habimana arrêté en mars 2019. Il travaillait avec la chaîne publique RBA, mais dirigeait aussi secrètement une chaîne YouTube sur laquelle le gouvernement a dit qu’il diffusait des « rumeurs ». Il a été condamné à 6 mois de prison et à une amende de 1 million de rwf (1 022 dollars). Il est maintenant sorti de prison.

Le 17 septembre 2019, le présentateur de radio et de télévision Irénè Mulindahabi a été arrêté par RIB, accusé d’avoir publié des vidéos obscènes sur sa chaîne YouTube. Ses accusations ont été abandonnées et il a été libéré suite à l’intervention du ministre de la Justice et procureur général Johnston Busingye.

Une autre victime de la surveillance de YouTube par le gouvernement est Aimable Karasira, un chanteur du nom de scène « Professor Nigga », qui était jusqu’à récemment professeur d’informatique à l’Université du Rwanda. Il a été licencié à cause de sa chaîne YouTube. Karasira était régulièrement invité sur les chaînes de YouTube, où il faisait des commentaires à caractère politique.

Aimable Karasira donnant une interview à Fred Sekikubo Barafinda

Dans une vidéo de YouTube, Karasira a déclaré que les Rwandais les plus heureux qui bénéficient de la bonne volonté du gouvernement sont les femmes et les criminels. Selon lui, dans d’autres pays, les criminels sont tués par la justice populaire. Pourtant, au Rwanda, si la police trouve un suspect blessé, ceux qui l’ont capturé seront également punis.

Quelques jours après l’annonce de la disparition de Karasira à la mi-août 2019, les groupes Facebook et WhatsApp étaient déjà remplis d’affirmations selon lesquelles l’appareil de sécurité l’aurait arrêté. Il est apparu, disant qu’il assistait à une conférence à Kigali. Il a également déclaré qu’il avait déjà été arrêté à deux reprises pour ses commentaires.

Karasira est aujourd’hui un homme libre, et a sa propre chaîne YouTube « UKURI MBONA ». C’est une autre bombe à retardement. En novembre, une campagne sur Twitter et Facebook a été lancée par Tom Ndahiro, chercheur sur le génocide, accusant Karasira de nier le génocide de 1994 contre les Tutsis, faisant référence à des commentaires de Karasira suggérant notamment que même « les Hutus ont été tués en 1994 ».

Le RIB a convoqué Karasira la semaine dernière et selon son récit de ce qui s’est passé pendant l’interrogatoire, il a reçu un « dernier avertissement » sur ses posts YouTube. Le RIB n’a pas commenté la version de Karasira.

Il existe également un cas distinct de Ndamyabera Reverien, dit être un médecin traditionnel. Vers le 16 mars, une vidéo a fait surface sur YouTube, dans laquelle Ndamyabera affirmait avoir un remède contre le virus COVID-19. Il a été arrêté immédiatement. Aucune mise à jour n’est disponible concernant Ndamyabera.

    L’inscription au CMR est réservée aux journalistes qui exercent en ligne à des fins professionnelles et de responsabilité, et non aux citoyens ou au public qui utilisent des plateformes Internet.

    – RMC (@RMC_Rwanda) 16 décembre 2020

La décision d’enregistrer les chaînes YouTube est une nouvelle étape dans la campagne du gouvernement pour garder un œil sur les médias sociaux.

Lors d’une apparition au Parlement le 11 mai dernier, la ministre des TIC et de l’innovation, Paula Ingabire, a annoncé que le gouvernement élaborait une stratégie pour s’assurer que les médias sociaux ne soient pas utilisés pour « désorganiser la société rwandaise ».

Lors de son passage au Parlement, la ministre des TIC et de l’innovation, Paula Ingabire, a déclaré que le gouvernement ne cautionnerait pas le fait que certaines personnes utilisent Twitter, Facebook et YouTube pour désinformer, diffamer et désorganiser la société.

« Nous engageons les utilisateurs et les parties prenantes à concevoir un cadre réglementaire pour les contenus des médias sociaux, car lorsqu’ils ne sont pas diffusés sous forme de mensonges, il s’agit de désinformation ou de diffamation« , a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté : « Nous n’allons pas attendre que le pays s’effondre pour agir afin d’avoir un environnement où les médias sociaux sont un outil utilisé pour le bien de la nation et du peuple ».

The Chronicles

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s