Analyse de l'actualité

Des activistes congolais, fatigués d’attendre, demandent justice pour des décennies de crimes de guerre

Vous pouvez lire l’article en anglais écrit par Sophie Neiman et publié par WPR.

En 2018, le gynécologue congolais Denis Mukwege a reçu le prix Nobel de la paix pour ses travaux visant à mettre fin au viol comme arme de guerre. S’adressant à un public enthousiaste et en larmes lors de la cérémonie de remise du prix Nobel à Oslo cette année-là, il a mentionné un rapport qui « était en train de moisir dans les tiroirs d’un bureau à New York ».

Le texte de 550 pages auquel il a fait référence a été publié par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme en octobre 2010. Il a minutieusement documenté et cartographié les lieux de 617 cas de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, et peut-être même de génocide, qui auraient été commis par des combattants locaux, des milices et des armées étrangères au cours d’une décennie de violence brutale en République Démocratique du Congo à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Pourtant peu de ces abus ont fait l’objet de procès.

« Cette enquête nomme explicitement les victimes, les lieux et les dates », a déclaré Mukwege dans son discours. « qu’attend le monde pour qu’il soit pris en compte ? Il n’y a pas de paix durable sans justice ».

Deux ans plus tard, et dix ans après la publication du rapport, des activistes au Congo et à l’étranger répondent à l’appel de Mukwege. Ils réclament un tribunal composé de juges congolais et internationaux, et ils veulent que les crimes documentés par l’ONU soient enfin jugés. Alors que le pays reste à ce jour en proie à une grande violence, leur cri de ralliement est simple : Il ne peut y avoir de stabilité au Congo sans vérité et sans responsabilité.

Le rapport de l’ONU couvre la période instable entre 1993 et 2003, en commençant par les abus commis sous le dictateur congolais Mobutu Sese Seko. Au lendemain du génocide de 1994 au Rwanda voisin, au cours duquel 800 000 personnes, pour la plupart des membres du groupe ethnique tutsi, ont été massacrées par les forces hutues-rwandaises et leurs alliés [les alliés du FPR qui a accédé au pouvoir après le génocide] ont envahi le Congo à la poursuite de génocidaires en fuite, et ont finalement contribué au renversement de Mobutu en 1997. Plus tard, pendant ce que l’on a appelé la deuxième guerre du Congo, entre 1998 et 2003, huit pays africains se sont à nouveau disputés le contrôle du Congo et de ses vastes richesses minières, s’empêtrant dans un réseau de conflits brutaux et d’alliances changeantes. Les armées étrangères se sont partiellement retirées en 2001 avant un retrait final en 2003, qui a laissé le Congo dévasté et déstabilisé.

Les crimes répertoriés dans le rapport sont pour le moins troublants. En 1998, à Mwenga, un territoire de la province orientale du Sud-Kivu, les soldats rwandais et leurs alliés rebelles congolais ont massacré plus de 1 000 personnes. Les femmes ont été violées et soumises à des mutilations génitales, et les bébés ont été jetés dans des latrines à fosse. Les troupes ougandaises ont développé une méthode de détention particulièrement cruelle lors des opérations militaires à Beni, au début des années 2000, forçant à plusieurs reprises les prisonniers à se réfugier dans des fosses de trois mètres de profondeur, où ils vivaient exposés aux éléments. Et les forces angolaises alliées au gouvernement congolais de Laurent Kabila, le successeur de Mobutu, étaient tristement célèbres pour avoir systématiquement pillé les biens et tué des civils.

La liste des horreurs est longue, mais elle ne représente que les infractions les plus graves commises. « Nous n’avons pas pu couvrir tout le pays [et] tous les incidents » en raison des délais et des restrictions budgétaires, a déclaré Federico Borello, qui a servi de coordinateur des enquêtes et de conseiller juridique à l’équipe qui a rédigé le rapport.

Un projet de rapport a été divulgué pour la première fois au journal français Le Monde en août 2010. A l’époque, les journalistes se sont concentrés sur les éventuels crimes de génocide qui, selon le rapport, auraient été commis par les forces rwandaises et leurs alliés, qui ont massacré des dizaines de milliers de Hutus avec des houes et des marteaux dans leur poursuite de génocidaires présumés se cachant parmi les réfugiés en fuite. La majorité des personnes tuées étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées ou malades. A de multiples reprises, les troupes ont attiré les réfugiés dans un faux sentiment de sécurité, leur promettant d’être rapatriés au Rwanda, avant de les massacrer.

Les autorités rwandaises ont répondu en qualifiant le rapport de « malveillant, offensant et ridicule » et ont fait pression sur l’ONU pour qu’elle l’enterre, notamment en menaçant de retirer leurs troupes des missions de maintien de la paix. Lorsque les Nations unies l’ont publié, le Rwanda a désavoué le rapport, tout comme l’Ouganda, l’Angola et d’autres pays dont les forces étaient impliquées.

Leurs démentis vigoureux n’ont peut-être pas été nécessaires, car le rapport a atterri avec un bruit sourd. Selon M. Borello, la communauté internationale au sens large n’a guère été intéressée par ses recommandations, qui prévoyaient notamment la mise en place du tribunal international que les militants réclament depuis lors.

« Au moment où le Mapping Report a été publié, de nombreux partisans de la justice internationale étaient de plus en plus préoccupés par le coût et l’efficacité » d’un tribunal, a déclaré M. Borello, qui avait alors quitté l’ONU.

« Les auteurs d’aujourd’hui se sentent encouragés par le fait qu’il n’y a pas eu de comptes à rendre pour les crimes antérieurs, et ils peuvent commettre des abus en toute impunité ».

Dix ans plus tard, on ne sait pas non plus si le gouvernement congolais actuel a intérêt à donner suite aux recommandations du rapport. Le président Félix Tshisekedi a expressément demandé à son administration de rédiger deux décrets axés sur la justice transitionnelle, dont l’un prévoit la création d’une commission nationale pour la vérité et la réconciliation. Il n’a cependant pas demandé la création d’un tribunal international.

La Cour pénale internationale de La Haye a jugé une poignée d’affaires qui figurent dans le rapport, mais sa compétence ne couvre que les crimes commis après 2002. Les victimes d’abus violents datant des années 1990 n’ont toujours pas reçu de réparations, qui seraient le résultat final des procédures de la CPI. Et les tribunaux militaires congolais qui tentent de combler cette lacune ne parviennent souvent pas à accorder de véritables réparations aux victimes.

« L’absence de programmes de réparation signifie que les victimes restent pauvres« , a déclaré Julienne Lusenge, une éminente avocate congolaise pour les droits des survivants de la violence sexuelle en temps de guerre, à World Politics Review.

« L’absence de programmes de réparation signifie que les victimes restent pauvres« 

L’Est du Congo est toujours en proie à la violence, car une multitude de groupes armés opèrent dans la région. L’année dernière, les forces de maintien de la paix des Nations unies ont recensé plus de 1 000 cas de violence sexuelle liés au conflit.

Les chercheurs tracent une ligne directe entre l’instabilité actuelle et l’inaction qui a suivi le rapport de l’ONU. « Les auteurs de ces crimes se sentent aujourd’hui encouragés par le fait qu’ils n’ont pas eu à répondre de leurs actes pour les crimes précédents et qu’ils peuvent commettre des abus en toute impunité », a déclaré Thomas Fessy, chercheur sur le Congo à Human Rights Watch, qui a publié ce mois-ci une déclaration conjointe avec Amnesty International appelant le gouvernement congolais et l’ONU à prendre des mesures sérieuses pour mettre fin à l’impunité dans le pays.

Le dixième anniversaire de la publication du rapport de l’ONU s’est accompagné d’une vague d’activisme populaire. Le 1er octobre, des milliers de femmes ont organisé des manifestations dans quatre villes congolaises pour réclamer un tribunal pour les viols et les meurtres non poursuivis. Une coalition de militants et de groupes de défense des droits de l’homme a également lancé une pétition en ligne adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, pour demander justice et réparation.

Ils paient un prix élevé pour s’être exprimés. Mukwege, qui a acquis une notoriété internationale depuis qu’il a reçu le prix Nobel, reste sous la protection des soldats de la paix des Nations unies après avoir reçu une série de menaces de mort en réponse à son plaidoyer. En conséquence, il n’a pas pu se joindre à la marche du 1er octobre dans sa ville natale de Bukavu.

Olivier Vanderveeren, un assistant spécial de Mukwege, a répondu rapidement lorsque je lui ai demandé s’il craignait pour la sécurité du médecin. « Bien sûr, bien sûr, et ce n’est pas seulement moi« , a-t-il dit. « Nous sommes tous concernés« . Il a ajouté qu’il n’y a pas eu d’enquête crédible sur les nombreuses menaces contre Mukwege, malgré les recommandations du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme de les examiner. « Cela devrait être consigné au procès-verbal« , m’a dit M. Vanderveeren.

Malgré ce climat d’hostilité et d’incertitude, les messages de solidarité avec Mukwege se sont répandus au-delà des frontières du Congo. Claude Gatebuke, cofondateur du Réseau d’action pour les Grands Lacs africains (AGLAN), basé aux États-Unis, a passé le mois dernier à sensibiliser le public au Mapping Report et à rendre hommage à la force et à la résilience du peuple congolais, avec en point d’orgue la 12e édition d’une série d’événements commémoratifs annuels intitulée « Breaking the Silence Congo Week« .  » Lorsque les gens sont conscients, ils se sentent concernés. Quand ils se soucient, ils agissent« , a déclaré M. Gatebuke dans une interview.

Un autre militant, Kambale Musevuli, a fui le Congo en 1998, mais se souvient très bien de son enfance à Kinshasa. « J’étais censé devenir avocat« , a-t-il déclaré. « En grandissant, j’ai étudié le latin. J’étais enfant de chœur. J’ai chanté dans la chorale. J’étais doué au football« .

Le Congo d’aujourd’hui est très différent du pays de ses souvenirs. Beaucoup de jeunes n’ont jamais vu leur patrie en paix. « Tout ce qu’ils connaissent, c’est la guerre« , a-t-il ajouté. « C’est pourquoi il nous incombe d’y mettre fin. Il ne peut y avoir de paix sans justice ».

Sophie Neiman est journaliste et photojournaliste indépendante. Elle couvre la politique, les conflits et les droits de l’homme en Afrique centrale et orientale. Son travail a été publié dans de nombreux médias, notamment African Arguments, The Christian Science Monitor et The New Humanitarian.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s