Analyse de l'actualité

Un survivant du génocide au Rwanda se penche sur les protestations suite à l’assassinat de George Floyd

Par Claude Gatebuke

Publication originale en anglais par http://www.blackstarnews.com

L’Amérique est dans un état de pandémonium, mais où cela mène-t-il ?  Vers un avenir de plus grande démocratie, de compréhension et de respect mutuels, ou vers l’autoritarisme et la discrimination institutionnalisée ?

J’ai grandi au Rwanda et j’ai fui vers les États-Unis après le génocide de 1994. Je vis maintenant au Tennessee mais je voyage partout dans le monde.  Je suis préoccupé non seulement par le militarisme et la violence qui ont éclaté en réponse aux manifestations pacifiques contre l’assassinat de George Floyd par la police, mais aussi parce que j’ai vu comment la répression s’installe dans un pays et comment les autocrates forcent une population à accepter la main de fer.

J’avais 14 ans lorsque des gangs se faisant appeler Interahamwe, principalement d’origine hutue, ont commencé à massacrer des personnes, principalement des Tutsis, aux barrages routiers, dans les villes et les villages autour du Rwanda.  Ce fut une horrible et terrifiante orgie de tueries qui a laissé une vie de traumatismes et de cauchemars à des millions de Rwandais, dont moi-même. Nous avons fui la capitale Kigali vers le nord, entassés avec beaucoup d’autres personnes à l’arrière d’une camionnette.  À un barrage routier, ma mère et moi avons été identifiés comme Tutsis. Nous avons été traînés et forcés, sous la menace d’une arme, à commencer à creuser nos propres tombes. Ce fut l’une des nombreuses expériences de mort imminente auxquelles j’ai survécu pendant le génocide au Rwanda.

Lorsque je suis arrivé aux États-Unis, un grand nombre de personnes semblait avoir entendu parler du génocide au Rwanda, mais une grande partie de ce qu’elles savaient était erronée.  Par exemple, tous les Hutus n’étaient pas des tueurs.  Loin de là.  Nos vies ont été sauvées, encore et encore, par de braves Hutus qui sont venus à notre secours, sans rien attendre en retour.  Ils nous ont hébergés dans leurs maisons, nous ont mis en sécurité dans leurs véhicules, ont imploré et soudoyé nos ravisseurs pour nous libérer en cette nuit fatidique au barrage routier.

De nombreux Américains se trompent également sur l’héroïsme supposé du Front Patriotique Rwandais, la force rebelle en grande partie tutsie qui a combattu et finalement vaincu les Interahamwe, et qui a pris le contrôle du pays après le génocide.  L’histoire réelle n’est pas une simple parabole du bien contre le mal.  Le FPR était dirigé par des réfugiés tutsis qui avaient été forcés de fuir le Rwanda au début des années 60 après que des Hutus, qui avaient souffert de générations de discrimination, se soient soulevés contre eux.  La plupart des combattants du FPR avaient grandi en Ouganda et désiraient ardemment rentrer chez eux, mais les dirigeants rwandais successifs leur ont refusé de rentrer dans leur pays. Enfin, à la fin des années 1980, la communauté internationale a commencé à faire pression sur le dirigeant rwandais de l’époque, Juvenal Habyarimana, pour qu’il les autorise à rentrer, mais il était alors trop tard.  Le FPR, armé, formé et approvisionné par l’Ouganda, était déterminé à prendre le pouvoir au Rwanda par la force.

En octobre 1990, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés avait mené une enquête sur les réfugiés tutsis, afin de déterminer combien d’entre eux souhaitaient retourner au Rwanda, mais le FPR a anticipé ces préparatifs en envahissant le Rwanda et en installant des bases dans les montagnes du nord du Rwanda. Peu de récits du génocide le mentionnent, mais ils ont commencé à commettre presque immédiatement des massacres vicieux et non provoqués contre des villageois non armés, pour la plupart des Hutus.  Je le sais parce que des milliers de personnes ont fui la région pour la capitale Kigali, et quelques-uns d’entre eux sont restés dans une propriété que nous possédions, juste en face de notre maison.  Les histoires qu’ils racontaient étaient terrifiantes : les rebelles du FRR prenaient possession d’une zone, convoquaient tout le monde à une réunion, puis les encerclaient, lançaient des grenades à main et tiraient dans la foule.  Ils attaquaient les enfants qui faisaient la queue pour chercher de l’eau dans les puits, et une fois ils ont fait un raid sur un hôpital, tuant tous les patients. Nos pensionnaires ont vu des membres de leur famille être enterrés vivants dans des fosses.  Pendant trois ans et demi, alors que le FPR avançait, de nouvelles vagues de réfugiés arrivaient à Kigali avec des histoires de plus en plus horribles.  Puis, en février 1993, mon parrain bien-aimé a fait partie des milliers de personnes fuyant une série de massacres particulièrement brutaux.  Lui et sa famille sont restés avec nous à Kigali pendant des mois.  Le FPR avait tué tellement de personnes dans sa région, nous a-t-il dit. Les routes étaient encombrées de cadavres, ce qui rendait le passage des véhicules presque impossible.  Malgré que ces histoires soient peu soulignées, des atrocités similaires ont été rapportées dans l’étude de Human Rights Watch, Leave None to Tell the Story.

Les tensions entre Hutus et Tutsis existaient depuis des générations, mais l’invasion du FPR en octobre 1990 a fait monter les hostilités en flèche.   Pendant les trois ans et demi qui ont suivi, le FPR a massacré les gens sur leur passage, rendant les zones qu’ils occupaient des villes fantômes.  Puis l’armée gouvernementale a riposté et les forces de sécurité ont arrêté et torturé les collaborateurs civils présumés du FPR.  Début 1992, les Interahamwe et d’autres gangs politiques ont commencé à se former, soi-disant pour protéger les politiciens, mais ils ont fini par commettre des actes de mutilation gratuite, généralement contre les Tutsis.  Chaque vague de violence et de contre-violence augmentait en amplitude, comme un raz-de-marée se précipitant sur le rivage, poussé par la rage chauvine hutue et les assauts du FPR qui semblaient calculés pour provoquer cette rage.

Tout au long de cette période, le FPR a été approvisionné par l’Ouganda, qui à son tour a reçu une aide étrangère généreuse des États-Unis et d’autres nations occidentales. Mais ce n’est pas comme si Washington ne savait pas ce qui se passait.  En janvier 1994, un rapport confidentiel de la CIA prévoyait que si les tensions n’étaient pas réduites d’une manière ou d’une autre, des centaines de milliers de Rwandais pourraient mourir dans une explosion de conflits ethniques. Ceci est documenté dans la déclaration d’Alison Des Forges soumise à l’audition devant la sous-commission des relations internationales et des droits de l’homme de la commission des relations internationales, Chambre des représentants, 105e Congrès, deuxième session, 5 mai 1999, p. 52. En avril, le génocide était presque inévitable.

Lorsque je suis arrivé aux États-Unis, j’ai été surpris de constater qu’il y avait des tensions ethniques ici aussi. Ma famille s’est installée à North Nashville, un quartier afro-américain pauvre et délabré, entouré de projets immobiliers. Comme j’avais besoin d’apprendre l’anglais, j’ai été envoyé dans une école publique spéciale à Greenhills, l’un des quartiers les plus riches de Nashville.  Je me suis souvent demandé pourquoi il n’y avait pas de patrouilles de police là-bas, comme c’était le cas dans notre quartier, mais ce n’est que lorsque j’ai commencé à conduire que j’ai connu la fin brutale de tout cela.  Je ne me souviens pas combien de fois j’ai été arrêté et fouillé sans aucune raison, non seulement dans le Tennessee, mais aussi en Arizona, au Kentucky et en Illinois.  Au cours d’un long week-end, j’ai été arrêté et fouillé trois fois en quatre jours.  Les deux fois où j’ai été arrêté pour une véritable infraction au code de la route – une fois pour excès de vitesse et une fois pour ne pas avoir allumé mes feux – la police s’est comportée comme si elle atterrissait sur un criminel violent.  On m’a fait sortir de la voiture avec des armes pointées sur la tête, et j’ai été entouré de chiens renifleurs de la police.   À New York, j’ai été arrêté et fouillé à la sortie du métro.  Des amis sont sortis de leur voiture et ont été battus à coups de matraque ; l’un d’eux a été emprisonné parce que sa plaque d’immatriculation s’était envolée, et j’ai dû payer sa caution.

Je suppose qu’il est étrange que même si j’avais survécu au génocide du Rwanda, je n’ai pas vraiment pris à cœur la dimension ethnique de ce qui se passait jusqu’en 1999, lorsque j’ai lu l’histoire d’Amadou Diallo, un immigrant guinéen de 23 ans qui a été abattu de 41 balles par la police de New York alors qu’il s’apprêtait à sortir son portefeuille.  Lorsque les policiers ont été acquittés, j’ai publié des blogs enragés sur l’affaire sur BlackPlanet, une ancienne plateforme de médias sociaux. D’autres, je crois qu’ils étaient blancs, m’ont accusé de « répandre la haine » pour avoir publié des photos de ces officiers, mais après cela, j’ai su ce qui se passait.

Claude Gatebuke, auteur de l’article

Des années plus tard, lorsque George Zimmerman a été acquitté pour le meurtre de Trayvon Martin, je me suis juré de ne jamais manquer un rassemblement où que je sois lorsqu’une telle injustice se produirait. Je suis allé à Ferguson après que la police qui avait tué Michael Brown n’ait même pas été inculpée. J’ai aidé à lancer le chapitre de Nashville de Black Lives Matter et j’ai pris part à de multiples campagnes de justice raciale et à des manifestations contre la brutalité policière à Nashville et dans d’autres villes. À mon grand étonnement, notre mouvement pacifique a été confronté à un contre-mouvement de néo-nazis, qui encouragent activement le séparatisme et la violence et nous accusent sans fondement d’en faire autant.

Maintenant, ces tensions sont en ébullition, et je suis inquiet mais déterminé à voir le changement s’améliorer.   Alors que le monde regardait le génocide du Rwanda se dérouler il y a 26 ans, les dirigeants occidentaux cherchaient désespérément une solution pour faire cesser les tueries.  Finalement, ils ont approuvé la prise de contrôle du pays par le chef du FPR, Paul Kagame.  Dans le même temps, ils ont renforcé leur soutien au brutal patron de Kagame, l’Ougandais Yoweri Museveni.  Les deux hommes sont toujours au pouvoir et gouvernent en parfaits dictateurs.  Au Rwanda, les opposants politiques de Kagame sont emprisonnés depuis des années, simplement pour avoir exprimé leurs opinions ; en Ouganda, ils sont régulièrement torturés. Dans les deux pays, des critiques du régime moins connus ont une mystérieuse façon d’être tués, de disparaître ou de « se suicider« , comme ce fut le cas récemment du célèbre chanteur de gospel rwandais Kizito Mihigo. Des informateurs gouvernementaux postés dans les communautés des deux pays veillent à ce que toute personne qui critiquerait trop ouvertement le régime soit menacée et réduite au silence. Ce système de contrôle terrifiant est bien plus efficace pour faire taire les dissidents que n’importe quel système de surveillance électronique que l’Agence de sécurité nationale américaine pourrait concevoir.  Il est amusant de constater que lorsque moi, ou d’autres critiques externes du régime rwandais, dénonçons son comportement criminel dans des blogs et des discours, les agents et les partisans du régime nous accusent de « propager la haine » – tout comme les trolls qui ont répondu à mes messages sur le meurtre de Diallo par la police à New York.

Washington a toujours préféré l’apparence de stabilité – à tout prix ou presque.  C’est pourquoi le soulèvement en réponse au meurtre de George Floyd et de toutes les autres victimes de la brutalité policière américaine me touche au plus profond de moi-même.  J’espère que les manifestations permettront enfin d’apporter des changements systémiques dans les services de police américains et de démanteler le racisme structurel dans ce pays.  Mais j’espère aussi que la lutte s’étendra toujours plus vers l’extérieur, pour embrasser celle des peuples africains qui, malgré la disparition du colonialisme et la fin de la guerre froide, restent sous le joug du militarisme occidental qui, chez nous et à l’étranger, prétend défendre la cause de la liberté, tout en en insultant l’idée même.  

Nous sommes tous différents.  Il n’y a pas d’identité noire universelle, mais pour reprendre les mots de Malcolm X, qui a beaucoup voyagé en Afrique et qui rêvait que les peuples de couleur du monde entier s’unissent un jour contre l’oppression raciale, « nous avons un ennemi commun ».

Claude Gatebuke est un survivant du génocide au Rwanda, est directeur exécutif du Réseau d’action des Grands Lacs africains (AGLAN)  Twitter : @shinani1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s