Rwanda : le hold-up de Jeannette Kagame sur la production laitière dans la province Est

Ce 29 novembre 2022, dans la Province Est du Rwanda, Inyange Industries, entreprise de Jeannette Kagame, a imposé un accord unilatéral, préparé et rédigé en anglais, aux éleveurs de la province, qui l’ont signé même si une grande partie d’entre eux ne parle pas l’anglais.

Inyange Indutries en bref

Inyange Industries est une entreprise de transformation agro-alimentaire, fondée en 1997 par la première dame du Rwanda, Jeannette Kagame. Deux ans après, en 1999, l’entreprise s’est diversifiée en ajoutant dans ses activités la vente du lait pasteurisé et du yaourt. En 2001, la firme a introduit le traitement de l’eau minérale.

A cette époque, Inyange Industries avait du mal à satisfaire la demande du marché tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, l’entreprise a été secourue par Le Front Patriotique Rwandais, le parti politique de Paul Kagame, qui dirige le Rwanda d’une main de fer depuis 1994. Le parti est venu à l’aide d’Inyange Industries en investissant 27 millions de dollars américains dans la construction d’une grande usine sur la colline de Masaka à l’entrée de la capitale rwandaise Kigali par le biais de Crystal Ventures, l’empire économique du FPR au Rwanda. A ce jour Inyange Industries produit de l’eau minérale, des jus de fruits et des produits laitiers.

La crise avec les éleveurs

La crise a commencé à être médiatisée en 2019 lorsque les agriculteurs de trois districts connus pour leur forte production laitière, dont Nyagatare, Gatsibo et Gicumbi, se sont plaints de subir des pertes économiques en raison des décisions unilatérales qui étaient prises par Inyange Industries, l’entreprise ne prélevait plus la production de lait sur le rythme qui était convenu.

En guise de réponse Inyange Industries a mis en avant le nettoyage de ses machines et la recherche d’un plus grand marché qui pourrait absorber toute la production de l’entreprise. Un courrier a été adressé aux maires des districts de Gicumbi, Gatsibo et Nyagatare ainsi qu’aux représentants des éleveurs de vaches laitières pour leur annoncer qu’Inyange Industries n’allait plus prélever la production de lait les samedis et dimanches.

A l’époque, la production quotidienne de lait s’élevait à 130 000 litres, dont 65 000 en provenance de Nyagatare, 40 000 litres de Gicumbi et 25 000 litres de Gatsibo. Suite à ce courrier d’Inyange, 260 mille litres de lait allaient être perdus pour les éleveurs de ces districts. Le manque à gagner pour les éleveurs était de 200 000 francs rwandais par semaine (~180€, une grande somme au Rwanda). Gakwandi, un agriculteur du Secteur Karangazi du district de Nyagatare, s’est exprimé sur la perte qu’il subissait : « J’ai perdu 22,000 Frw (~20€) les 29 et 30 decémbre 2018, car Inyange n’est pas venu collecter le lait dans notre district alors que je livre 50 litres de lait par jour, cette décision d’Inyange Industries a eu un impact négatif sur mes projets ». Damas Gasana, un autre éleveur du district de Nyagatare a lui aussi déclaré au média local, KT Radio, qu’il vendait 200 litres de lait par jour à Inyange Industries et que la décision unilatérale de cette firme lui avait causé une perte de 88 milles francs rwandais (~77€) par semaine pendant plus de 4 semaines.

Ce mécontentement s’ajoutait au fait que les éleveurs ne comprenaient pas pourquoi ils vendaient leur lait à 220 francs rwandais par litre à Inyange Industrie et après un petit traitement, Inyange Industries vendait le litre à 1000 francs rwandais par litre.

 Après le désarroi subit par les éleveurs, ils ont ensuite pris la décision de vendre leur lait sans passer par les accords avec Inyange Industries, l’entreprise achetait du lait au même titre que les autres acheteurs durant les trois années qui ont suivi.

2022 : Toute vente de lait doit passer par Inyange Industries

Dans une dictature où tout doit être sous contrôle, la liberté pour les éleveurs de vendre leur lait sans forcément passer par Inyange Industries n’est plus d’actualité. Ce mardi 29 novembre 2022, un accord unilatéral préparé et rédigé en anglais par Inyange Industries a été imposé aux éleveurs de la Province Est. Les éleveurs ont été obligés de le signer même si une grande partie d’entre eux ne parle pas l’anglais.

La cérémonie a eu lieu entre Inyange Industries, représenté par Richard Karake, le directeur général de l’entreprise connu pour être le gardien des intérêts de la première dame, Jeannette Kagame, et 350 éleveurs venus de 5 districts de la province de l’Est à savoir Rwamagana, Gatsibo, Nyagatare, Kayonza et Kirehe, qui étaient réunis dans un centre de collecte de lait à Nyagatare.

L’entreprise a annoncé qu’elle allait prochainement se diversifier dans la production de lait en poudre et qu’elle avait donc besoin de sécuriser son approvisionnement en matière première.

Le prérequis pour chaque éleveur est d’être capable de traire 50 litres de lait par jour, il lui est aussi demandé de hausser sa production jusqu’à 500 litres de lait par jour afin d’approvisionner en quantité suffisante l’usine de la fabrication du lait en poudre construite à Nyagatare par Inyange Industries.

De son côté, Inyange Industrie dit garantir la formation des éleveurs et augmente le prix d’achat qui passe de 220 Frw à 500 Frw par litre de lait, les éleveurs seraient payés tous les quinze jours, soit deux paiements par mois, comme l’a affirmé Richard Karenzi.

Cet accord unilatéral a le soutien du Dr. Géraldine Mukeshimana, ministre de l’agriculture et de l’élevage. Dans son discours, lors de la signature, elle a dit que cet accord sera bénéfique aux éleveurs car ils trouveront un bon marché et ils auront la capacité d’augmenter la production laitière.

Les éleveurs partagent cet avis du MINAGRI mais ont une inquiétude car ils ne sont pas tous au courant du contenu du contrat qu’ils ont signé : « Nous avons seulement signé » ! a déclaré Fred Twahirwa, un éleveur du Secteur Karangazi dans le district de Nyagatare. Il a ajouté que : « Nous allons montrer à Inyange Industries ce dont nous avons besoin et solliciter leur aide, l’absence des infrastructures adéquates entrave la production laitière ».

Les éleveurs se demandent aussi où ils trouveront du fourrage pour nourrir les vaches qui vont donner 500 litres de lait par jour pour chaque éleveur, ils sollicitent l’aide du MINAGRI pour la sélection des plantes et des vaches laitières de bonne race.

Les éleveurs n’ont pas osé poser des questions avant la signature de l’accord, notamment à cause de la présence des militaires en tenue et autres agents habillés en civil, sont rentrés en se demandant si réellement ils allaient être payés tous les quinze jours !

Les habitants de ces districts qui avaient l’habitude de se procurer le lait auprès des éleveurs directement ne savent pas où ils vont trouver les moyens pour se procurer du lait, notamment pour leurs enfants, au prix de vente pratiqué par Inyange Industries.

La province de l’Est totalise plus de 10 milles pâturages, étendus sur une superficie de 100 mille hectares, elle héberge des vaches laitières produisant plus de 250 milles litres de lait par jour pendant la saison de pluie. Les éleveurs comptent sur l’amélioration génétique de leurs vaches afin d’augmenter leur production laitière.

Selon une source fiable, les travaux de construction de l’usine de production du lait en poudre sont sur le point d’être achevés et couteront 45 milliards de francs rwandais (~39000 millions d’euros). Cette usine est construite dans le parc industriel de Rutaraka, dans le district de Nyagatare.

Alice Mutikeys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s