Analyse de l'actualité

Rwanda : la dette publique pourrait atteindre un peu plus de 80 % du PIB d’ici 2022

Comme le montre la note de fin de mission publiée par le FMI sur son site internet, la dette du Rwanda pourrait passer de 71% en 2020 pour atteindre un peu plus de 80% en 2022.  Il est important de noter que ces prévisions sont faites sur la base des informations fournies par les autorités rwandaises dont la réputation en matière de tekiniker (manipuler les données pour montrer une bonne image du pays) n’est plus à faire et avant le report du sommet du Commonwealth CHOGM 2021 dont l’impact sur l’économie rwandaise est certain.

La note du FMI

  • Les services du FMI sont parvenus à un accord sur les politiques nécessaires pour achever la quatrième revue au titre de l’instrument de coordination des politiques (ICP).
  • La croissance devrait rebondir à 5,1 % en 2021, après une contraction de 3,4 % l’an dernier due à la pandémie de COVID-19. Ce rebond intervient alors que les vaccins sont déployés et que le gouvernement continue de soutenir l’économie et la population par le biais du plan de relance économique.
  • Pour atténuer les risques pour les perspectives exacerbées par la pandémie de COVID-19, la politique budgétaire devra trouver un équilibre entre la viabilité de la dette et le renforcement de la reprise et de la croissance. La mise en œuvre des réformes structurelles doit être accélérée, notamment en renforçant la gestion des risques budgétaires pour favoriser une croissance inclusive et atténuer les risques liés à la dette.

Washington, DC : Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Haimanot Teferra, a tenu des réunions virtuelles avec les autorités rwandaises du 22 mars au 6 mai 2021, afin de discuter de la quatrième revue du programme du Rwanda soutenu par l’Instrument de coordination des politiques (ICP). À l’issue de la mission, Mme Teferra a publié la déclaration suivante :

Paul Kagame n’est qu’un autre « dictateur », c’est un criminel, génocidaire (plus de 6 millions des morts au Rwanda et en RDC), qui a réussi à s’enrichir lui et sa bande du FPR tout en appauvrissant la population rwandaise, le pays et l’est de la RDC.

La mission du FMI a eu des discussions productives avec les autorités et est parvenue à un accord au niveau des services sur les politiques nécessaires pour achever la quatrième revue dans le cadre du PCI. L’achèvement de la revue est soumis à l’approbation du Conseil d’administration du FMI. L’examen par le Conseil est provisoirement prévu pour fin juin 2021.

Le Rwanda continue de se battre avec les conséquences de la pandémie de COVID-19. L’activité économique s’est contractée de 3,4 % en 2020. Alors qu’une deuxième vague d’infections a entraîné un verrouillage de trois semaines à Kigali au début de 2021, une levée progressive des restrictions est actuellement en cours. La croissance devrait rebondir à 5,1 % en 2021, grâce à la campagne nationale de vaccination qui vise 60 % de la population d’ici fin juin 2022 et au soutien continu du gouvernement aux entreprises durement touchées et aux ménages vulnérables. Toutefois, les risques de baisse de la croissance restent importants en raison des incertitudes entourant la durée et l’impact de la pandémie, ainsi que la disponibilité des vaccins.

A Lire aussi : Les chiffres sur la pauvreté au Rwanda ‘manipulés’

Le déficit budgétaire au cours du premier semestre de l’exercice 20/21 a été plus important que prévu en raison de l’exécution accélérée de la construction d’écoles et du calendrier des décaissements de l’appui budgétaire, malgré la surperformance des recettes. L’inflation globale a atteint 2 % en glissement annuel en mars, principalement en raison de la baisse des prix des denrées alimentaires, et devrait rester modérée au cours des prochains trimestres. Le système bancaire reste stable, liquide et bien capitalisé, mais la pandémie a contribué à l’accumulation du risque de crédit. Le déficit des comptes courants s’est creusé en 2020, tandis que les réserves internationales brutes s’établissent à 6 mois d’importations prévisionnelles ».

Les performances du programme ont été solides, tous les objectifs quantitatifs de fin décembre 2020 ayant été atteints et tous les objectifs de réforme sauf un ayant été respectés. Toutefois, à l’avenir, les risques pour les perspectives budgétaires et de la dette se sont accrus. Le déficit budgétaire pour l’exercice en cours et les deux suivants devrait se creuser davantage en raison de la nécessité d’augmenter les dépenses pour, entre autres, faire face au déploiement du vaccin COVID-19, embaucher de nouveaux enseignants pour minimiser les cicatrices de la perte de capital humain, et apporter un soutien au secteur privé et aux entreprises publiques. En conséquence, la dette publique et garantie par l’État devrait augmenter pour atteindre un peu plus de 80 % du PIB d’ici 2022, contre 71,3 % à la fin de 2020. Si le risque de surendettement du Rwanda devrait rester modéré, les risques se sont accrus et les amortisseurs permettant d’amortir l’impact des chocs extérieurs ont diminué .

Compte tenu de la détérioration des perspectives budgétaires et de la dette, de l’incertitude quant au rythme de la reprise et de la fréquence des chocs macroéconomiques au Rwanda, il est essentiel de trouver un équilibre entre le soutien de la reprise économique et le maintien de la responsabilité budgétaire. L’action politique visant à soutenir la reprise doit être complétée par un assainissement budgétaire favorable à la croissance une fois que la crise s’atténuera, soutenu par des mesures crédibles en matière de recettes et de dépenses pour ramener la dette au point d’ancrage de 65 % du PIB dans un délai raisonnable. Afin de disposer de suffisamment de temps pour définir ces mesures, les autorités ont demandé une prolongation d’un an du programme PCI. En outre, les vulnérabilités du secteur financier devraient être contenues, grâce à une surveillance accrue du risque de crédit et à une classification et un provisionnement prudent des prêts .

Le maintien de la dynamique en vue d’une reprise inclusive et de la réalisation des objectifs de développement durable bénéficiera également de l’accélération des efforts visant à atténuer les risques émergents et à faire progresser les réformes clés dans le cadre du programme PCI. Il s’agit notamment de mesures visant à renforcer la mobilisation des recettes intérieures dans le cadre de la stratégie de recettes à moyen terme du Rwanda, à rationaliser les dépenses, à garantir la qualité des investissements publics et à renforcer la gestion des risques budgétaires, notamment ceux liés aux entreprises publiques, aux partenariats public-privé et aux garanties de prêt du gouvernement. Les mesures visant à approfondir les marchés financiers, à soutenir l’expansion des paiements numériques et à renforcer l’inclusion financière devraient contribuer à accélérer le développement du secteur privé et à favoriser une croissance forte et inclusive à moyen terme.

La mission est reconnaissante de l’étroite coopération des autorités.

Alice Mutikeys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s