Analyse de l'actualité

Rwanda : les anglophones marquent leur avancée sur les francophones s’agissant de raconter la vérité sur le Rwanda «Do Not Distrub ».

Le monde, France Culture, France info …lorsqu’il s’agit de couvrir les pages sombres de l’Histoire rwandaise, ces médias se concentrent le génocide au Rwanda en 1994 ou la période qui a précédé. Ces grands médias reconnaissent que Paul Kagame est un dictateur mais tolérable car il leur permet de raconter un mythe où les gentils (les Tutsi[1]) auraient gagné contre les méchants (les Hutu). Pendant les journalistes français sont coincés dans cette version fausse des faits leurs confrères anglophones ont pris de l’avancée en approfondissant leurs recherches pour raconter la vérité sur le Rwanda et en prenant la distance avec cette version manichéenne de l’Histoire Rwandaise. C’est le cas du journaliste essayiste Michela Wrong dont le prochain livré sur le Rwanda, Do Not Distrub « Ne pas déranger » sortira le 01 mars 2021.

En attendant la sortie de ce livre qui promet de changer de narrative et de raconter la vérité sur le Front Patriotique Rwandais, une organisation criminelle, ci-dessous le synopsis[2] du livre ainsi que les avis de ceux qui ont été consulté pour le relire. Le synopsis ainsi que les avis sont publiés sur le site internet de Michela Wrong.

Le synopsis

Ne pas déranger est une refonte dramatique de l’histoire moderne de la région des Grands Lacs africains, une région dévastée par le plus grand génocide du XXe siècle. Ce récit audacieux, qui s’appuie sur les témoignages directs de participants clés, remet en question le scénario traditionnel.

Dans l’ancienne version, un groupe idéaliste de jeunes rebelles renverse un régime génocidaire à Kigali, inaugurant une ère de paix et de stabilité qui fait du Rwanda la coqueluche des donateurs occidentaux, gagnant ainsi des comparaisons avec la Suisse et le Singapour. La nouvelle version aborde de nouvelles questions qui hantent le passé récent : Pourquoi tant d’ex-rebelles se fichent-ils des explications formelles de ceux qui ont tiré le missile qui a tué les présidents du Rwanda et du Burundi ? Pourquoi les massacres n’ont-ils pas cessé lorsque les rebelles ont pris le contrôle ? Pourquoi ces mêmes rebelles, une fois la victoire assurée, se sont-ils retournés les uns contre les autres de manière aussi impitoyable ?

Michela Wrong utilise l’histoire de Patrick Karegeya, autrefois chef du renseignement extérieur du Rwanda et opérateur au charme souple, pour dresser le portrait d’une dictature africaine moderne créée à l’oppose de l’image terrifiante de Paul Kagame, le président qui a sanctionné le meurtre de son ancien ami.

Les avis sur le livre

L’archevêque Desmond Tutu, lauréat du prix Nobel de la paix

« Le monde entier voulait croire au miracle qu’était le Rwanda – un pays construit à partir des décombres et de la dévastation que la violence entre les tribus et le nettoyage ethnique avaient causés. Le monde entier a ignoré les quelques voix qui dénonçaient le fait que les opposants politiques étaient réduits au silence par l’emprisonnement, l’enlèvement ou la torture. À notre grande honte, notre besoin de réussite au Rwanda a dépassé de loin notre désir ou notre capacité de voir le coût auquel ce succès a été acheté. Dans ce livre extrêmement important et profondément troublant, Michela Wrong expose toutes les erreurs qui ont été ignorées, toutes les violations flagrantes des droits de l’homme qui ont été négligées et toutes les criminalités pour lesquelles des excuses ont été trouvées, pendant que de nouvelles horreurs étaient perpétrées dans ce pays. Mme Wrong ne suggère pas que nous devenions des afro-pessimistes, mais elle nous dit que non seulement le prix de la liberté est une vigilance éternelle, mais aussi que nous devons, selon les mots d’Amilcar Cabral, « ne pas mentir, ne pas revendiquer de victoires faciles ».

John le Carré, auteur de Tinker, Tailor, Soldier, Spy

« Un assaut flétrissant contre le régime rwandais meurtrier de Paul Kagame, et une chanson d’amour mélancolique aux rêves perdus des nations des Grands Lacs. Michela Wrong prouve une fois de plus qu’elle est une chercheuse intrépide et très professionnelle sur le sujet qu’elle connaît le mieux. Un livre prenant et passionnant ».

« Michela Wrong prouve une fois de plus qu’elle est une chercheuse intrépide et très professionnelle »

Adam Hochschild, auteur de King Leopold’s Ghost

« Imaginez un journaliste des années 1930 assez courageux pour enquêter sur l’un des mystérieux assassinats des opposants à Staline qui avaient fui à l’étranger et pour raconter cette histoire à un monde où trop de gens étaient amoureux du leader soviétique. Michela Wrong a aujourd’hui entrepris un travail similaire : utiliser un assassinat pour exposer un homme aujourd’hui rarement reconnu comme un dictateur impitoyable. Ses compétences d’écrivain et sa connaissance approfondie de l’Afrique en font une histoire qui fait froid dans le dos ».

Rene Lemarchand, auteur de Rwanda and Burundi

« L’auteur lève le rideau sur un paysage dystopique trop longtemps ignoré et laissé « intact » par trop d’observateurs. À travers d’innombrables entretiens avec des acteurs clés, dont la figure centrale de son récit, Patrick Karegeya, l’auteur brosse un tableau effrayant du Rwanda en tant qu’État policier avec toutes les caractéristiques de l’ère stalinienne, où les opposants au régime ne disparaissent pas parce qu’ils sont coupables mais bien parce que leur disparition est une preuve suffisante de leur culpabilité. Rafraîchissant et dépourvu de jargon, le livre ouvre de nouvelles perspectives importantes dans la littérature sur le Rwanda, dans une prose vivante et pleine de suspense. C’est l’histoire révisionniste à son meilleur. Je ne saurais trop le recommander ».

Miles Tendi, auteur de The Army and Politics in Zimbabwe : Mujuru, the Liberation Fighter and Kingmaker

« Michela Wrong emmène ses lecteurs dans un voyage politique passionnant, dans lequel les compagnons d’armes rwandais Paul Kagame et Patrick Karegeya se transforment progressivement en adversaires mortels lorsqu’ils accèdent au pouvoir. L’histoire fait écho à des retombées politiques mortelles historiques – Staline et Trotsky, Sankara et Compaoré, Robespierre et Danton, Mugabe et Mujuru – mais surtout, elle attire notre attention sur les problèmes structurels importants créés par la participation d’anciens dirigeants militaires à la construction de la démocratie et de la paix d’après-guerre ».

Filip Reyntjens, auteur de Political Governance in Post-Genocide Rwanda

« Un aperçu unique des nombreux côtés sombres, jusqu’alors peu connus, d’un régime profondément criminel. Basé sur des observations de première main et de nombreux entretiens avec des acteurs clés, des victimes et des témoins, ce livre est une mise en accusation des complices de l’impunité du président Kagame au cours du dernier quart de siècle ».

Jason Stearns auteur de Dancing in the Glory of Monsters: The Collapse of the Congo and the Great War of Africa

« Une chronique intime et lucide de la violence et de l’intrigue au cœur de l’histoire du Front Patriotique Rwandais. C’est un terrain périlleux ; Wrong navigue habilement au milieu des mythes et de la désinformation pour reconstituer les histoires des hommes qui sont venus gouverner le Rwanda ».

« À notre grande honte, notre besoin de réussite au Rwanda a dépassé de loin notre désir ou notre capacité de voir le coût auquel ce succès a été acheté. » L’archevêque Desmond Tutu

Noel Twagiramungu, directeur du Leadership & Governance Policy Lab, Centre africain pour le progrès stratégique

« Dans une prose riche et fulgurante, étayée par des preuves accablantes et des anecdotes convaincantes, Michela Wrong expose les sinistres paradoxes du régime meurtrier de Kagame, le « chéri des donateurs ». Son livre présente une feuille de route pour un autre tollé collectif « plus jamais ça » à venir. En se concentrant sur le début heureux et la fin tragique de Patrick Karegeya – un maître de l’espionnage étranglé dans une chambre d’hôtel sud-africaine par une équipe similaire à celle du Mossad qu’il a contribuée à mettre en place -, Do not Disturb est un récit perspicace, scrupuleux, émouvant mais nuancé du règne de la terreur qui a mis le feu au Rwanda et à l’ensemble des Grands Lacs africains, en utilisant quatre armes de destruction massive : la corde, la houe, le fusil et le missile. Comme Saturne, le régime dévore aujourd’hui ses enfants. Ce livre d’investigation magistral devrait être largement lu ».

Philippe Sands, auteur de The Ratline. Love, Lies and Justice on the Trail of a Nazi Fugitive

 « Extraordinaire et tout à fait saisissant, une œuvre excitante d’un courage et d’un engagement immenses, qui fera sûrement des vagues. ».

Vivement la sortie du livre

Alice Mutikeys


[1] Les Hutu et Tutsi sont à la base des groupes sociaux économiques que le colonisateur belge a décidé qu’ils seraient des ethnies construisant ainsi l’Histoire rwandaise sur sa mauvaise compréhension de ces groupes !

[2] http://michelawrong.com/books/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s