Analyse de l'actualité

Rwanda : selon une étude si le budget consacré à la nutrition des enfants n’augmente pas de 70 %, 152 000 bébés vont mourir dans quatre ans

Par Les équipes de Chronicle.rw, article original en anglais

« …on estime qu’au total, 751 000 enfants de moins de 5 ans souffriront d’un retard de croissance, 152 000 enfants mourront, 325 000 enfants seront anémiques, 273 000 femmes enceintes seront anémiques et 5 000 femmes enceintes mourront. »

Les dépenses publiques consacrées aux programmes de nutrition pour les nourrissons et les mères ont plus que sextuplé au cours des cinq dernières années, mais des milliers de bébés ne survivront pas si l’on n’augmente pas les fonds alloués, selon une nouvelle étude.

La Banque mondiale a commandé une étude pour examiner les actions du Rwanda destinées à lutter contre le retard de croissance, qui est bien plus grave ici que chez les voisins régionaux. Les chiffres actuels montrent qu’au moins 38 % des enfants de moins de 5 ans souffrent d’un retard de croissance dû à une combinaison de plusieurs facteurs.

Les préoccupations concernant le problème du retard de croissance au Rwanda ont dominé les discussions politiques du gouvernement depuis au moins 2016. Le président Paul Kagame lui-même, réprimande à plusieurs reprises les fonctionnaires locaux à propos de « bwaki », une référence kinyarwanda à la malnutrition ouvertement visible que l’on peut observer en se promenant dans les villages rwandais.

Les femmes se plaignent de manquer les moyens pour nourrir correctement leurs enfants en bas âge

La malnutrition ne touche pas seulement les enfants. Selon une étude distincte de 2012 commandée par l’Union africaine, 49,2 %, soit 3 millions de Rwandais en âge de travailler, entre 15 et 64 ans, ont souffert d’un retard de croissance pendant leur enfance.

La situation est si grave que le gouvernement a mis en place une agence spécifique chargée de la malnutrition chez les enfants et leur entourage. Il s’agit du Programme national de développement de la petite enfance, dirigé par le Dr Anita Asimwe, ancienne vice-ministre de la santé. En outre, il y a un ministre d’État chargé des soins de santé primaires.

L’étude de la Banque mondiale, publiée la semaine dernière, a examiné si les ressources disponibles étaient suffisantes pour atteindre l’objectif du gouvernement de réduire le retard de croissance des enfants à moins de 19 % d’ici 2024. C’est aussi la date à laquelle le mandat actuel de 7 ans de Kagame prend fin.

L’étude a révélé que dans le budget 2018, plus de 57,6 millions d’euros ont été alloués à des programmes destinés à améliorer la nutrition des enfants. Ces fonds sont destinés à des choses comme des aliments mixtes enrichis gratuits, des vermifuges, des moustiquaires gratuites, du lait gratuit et des centres de nutrition.

Au niveau de l’enfant, l’étude a montré que le Rwanda dépense 5,8 dollars (5 640 Rwf) par an pour des aspects clés destinés à empêcher qu’un enfant ne grandisse mal. « Ce montant est bien inférieur aux 10 dollars par enfant de moins de 5 ans recommandés pour fournir un ensemble complet de mesures nutritionnelles », indique l’évaluation de la Banque mondiale ».

En d’autres termes, les chercheurs ont déterminé que pour que le président Kagame et son équipe atteignent leur objectif de réduction des niveaux de retard de croissance (en dessous de 19 %), ils doivent augmenter les dépenses de 72,4 %.

Actuellement, 83 % de l’ensemble du financement annuel des programmes de nutrition provient des recettes propres du gouvernement, ce que les chercheurs ont trouvé très positif car cela témoigne d’un engagement politique. Le reste provient des donateurs.

Si le gouvernement n’investit pas plus d’argent pour inverser la tendance du retard de croissance dans le pays, les recherches de la Banque mondiale brossent un tableau effrayant de ce qui va se passer.

Selon les chercheurs : « on estime qu’au total, 751 000 enfants de moins de 5 ans souffriront d’un retard de croissance, 152 000 enfants mourront, 325 000 enfants seront anémiques, 273 000 femmes enceintes seront anémiques et 5 000 femmes enceintes mourront. »

Mais pourquoi est-il si important de s’attaquer au problème de la malnutrition, et éventuellement du retard de croissance ? En outre, les données du gouvernement et de la Banque mondiale montrent qu’il y a beaucoup de nourriture, et qu’une grande partie est gaspillée de diverses manières.

Si le financement nécessaire n’est pas disponible, le Dr Asimwe et ses collègues auront perdu leur temps, du moins si l’on en juge par les chiffres. Dans quatre ans, voici à quoi ressembleront les indicateurs du pays :

Les enfants mal nourris sont plus susceptibles de tomber malades à cause des goitres, des maladies des gencives et des yeux, de l’anémie et d’autres maladies liées à la nutrition qui nécessitent des soins ambulatoires ou une hospitalisation.

Les enfants souffrant d’un retard de croissance ont un taux de redoublement supérieur de 12,7 % à celui des enfants sans retard de croissance et sont plus susceptibles d’abandonner l’école, ce qui aura une incidence sur leur participation au marché du travail. Les maladies liées à la nutrition contribuent à des taux élevés d’absentéisme au travail.

Par conséquent, la malnutrition et les maladies qui y sont liées ont des conséquences financières non seulement pour le secteur de la santé, mais aussi pour l’économie en général. La malnutrition entraîne le redoublement des classes, qui est associé à un coût de 2 200€ pour le système éducatif, plus de 63 000€ pour le secteur privé en raison de la perte de productivité sur le marché du travail due au faible niveau d’instruction, et à plus de 264 millions d’euros pour plus de 922 millions d’heures de travail perdues en raison de la morbidité et de la mortalité liées à la nutrition.

Lorsqu’un nourrisson est mal-nourri c’est souvent que son entourage l’est aussi.

L’impact cumulé de la malnutrition « est estimé à une perte de 11 % du PIB par an », selon les chercheurs de la Banque mondiale. En d’autres termes, si nous ne nous attaquons pas à la malnutrition maintenant, plus d’un milliard de dollars seront perdus chaque année dans le PIB du pays.

Par Les équipes de Chronicle.rw

Nota : ce sujet devrait préoccuper pour les femmes qui représentent plus 50% au gouvernement et plus de 60% au parlement. Hélas la présence des femmes au sein de ces institutions bénéficie avant tout à la dictature qui les y a nommées : « Il n’est pas nécessairement vrai que les femmes représentent les intérêts des femmes. En outre, les progrès réalisés en matière de leadership des femmes n’ont pas été répercutés aux échelons inférieurs du gouvernement ou dans d’autres domaines tels que l’enseignement supérieur, la police, les forces armées ou le secteur privé. Les législatrices nationales, par exemple, ont été critiquées parce qu’elles n’en font pas assez pour adopter des lois qui profitent aux femmes car la plupart d’entre elles doivent faire allégeance au Front Patriotique Rwandais plutôt qu’aux femmes». Extrait du rapport « The promise and the Reality : Women’S Rights in Rwanda” publié en Janvier 2015 par Pamela Abbott.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s