Analyse de l'actualité

L’UNICEF approuverait-t-il la privation du droit à l’éducation des petits Rwandais ?

Le 28 août 2020 Henrieta F. Fore, la directrice générale de l’UNICEF, félicitait le dorénavant président visible en vidéoconférence ou invisible aux yeux des Rwandais Paul Kagame pour son «leadership dans la mise en place des solutions qui stimulent la connectivité, l’apprentissage numérique et l’entreprenariat au Rwanda et son aide dans l’autonomisation de jeunes».

Ces félicitations sont surprenantes lorsque l’on sait que les écoles sont fermées au Rwanda depuis le 15 mars 2020. Pendant que les occidentaux chantent les louanges de Kagame, les Rwandais expriment leurs inquiétudes sur l’avenir de leurs enfants et craignent que les conséquences de cette fermeture prolongée deviennent irréversibles.

Cet été le ministre chargé d la santé Dr Ngamije Daniel avait avancé que les écoles ne rouvriront pas tant qu’il y aura 40 nouvelles personnes testées positives au Covid-19 par jour. A noter que les derniers chiffres au Rwanda font état de 22 nouveaux cas le 20/09/2020, 12 nouveaux cas le 21/09/2020 et 16 nouveaux cas le 22/09/2020. Le taux de tests positifs au Covid-19 est de 1%. Le Rwanda présente des chiffres bas si on les compare à beaucoup de pays au monde, pourtant même dans les pays où les chiffrent grimpent les écoles ont été ouvertes pour ne pas nuire à l’apprentissage des enfants.

Si les autorités rwandaises prétextent la pandémie Covid-19 pour fermer les écoles, les Rwandais ne sont plus lucides sur la nature de la pandémie, pour eux elle ne disparaitra pas du jour au lendemain. Pour une partie d’élèves et de parents : « Les gens devraient s’entraîner à vivre avec le virus. Pour eux les écoles devraient être rouvertes »[1]. Un expert rwandais en éducation et chancelier de l’Université INES Ruhengeri, le père Dr Fabien Hagenimana a estimé dès le 12 aout 2020 qu’il était temps de rouvrir les écoles parce que personne ne savait à quelle date la pandémie prendrait fin. Il a mis l’accent sur les universités car les étudiants et le personnel sont tous des adultes sensibilisés sur comment se protéger.

Quelles conséquences sur les élèves ?

Selon l’UNESCO une Interruption de l’apprentissage, même temporaire, augmente les inegalites et nuit au développement des enfants : « L’enseignement assure un apprentissage essentiel. La fermeture des écoles prive donc les enfants et les jeunes de possibilités de développement et de perfectionnement. Les désavantages sont majeurs pour les élèves défavorisés, qui ont généralement accès à un nombre plus restreint de possibilités éducatives en dehors du cadre scolaire »[2]. De plus le plus longtemps la fermeture des écoles durera, plus élevé sera le taux de décrochage scolaire : « Il est très difficile de faire en sorte que les enfants et les jeunes reviennent à l’école et qu’ils y restent lorsque les établissements scolaires rouvrent. Cela vaut particulièrement pour les fermetures prolongées. », comme le souligne l’UNESCO.

Au-delà de la théorie, les conséquences sont déjà remarquables au Rwanda. Depuis de nombreuses années le pays fait face à un taux élevé des grossesses précoces chez les adolescentes, durant la période de fermeture des classes ce taux a augmenté[3]. C’est le cas dans le centre de santé de Kagugu qui avait accueilli seulement 5 adolescentes enceintes et entre janvier et mars et  ce chiffre est passé e 5 à 13 jeunes filles enceintes entre avril et Juillet 2020. Dans un autre centre, celui de Remera le chiffre des adolescentes enceintes est passé de 40 entre janvier et mars 2020 à 62 adolescentes enceintes entre avril et juillet 2020.

Les parents ont exprimé leurs inquiétudes face à ce phénomène, pour eux lorsqu’ils sont au travail leurs jeunes filles sont livrées à elles-mêmes car elles n’ont personne pour les garder et deviennent des proies faciles à tenter. Il faut savoir qu’au Rwanda le taux de grossesse précoce élevé est lié à l’extrême pauvreté dans laquelle la population vit ce qui pousse les jeunes filles à utiliser leurs corps pour améliorer leur niveau de vie.

Rappelons que le droit à la scolarité est un des droits fondamentaux pour les enfants, un droit inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant depuis 1989 qui protège les enfants. Elle garantit notamment le droit à l’éducation.

Les enfants du Rwanda en sont privés et l’UNICEF félicite Kagame !

Article lié : Rwanda : Leur vie d’enseignant(e), calculette à l’appui

Alice Mutikeys

[1] https://www.rba.co.rw/post/Gutangira-kwamashuri-muri-Nzeri-birashoboka-Uko-abaturage-babyumva

[2] https://fr.unesco.org/covid19/educationresponse/consequences

[3] https://www.rba.co.rw/post/Ababyeyi-bafite-zo-kuba-abangavu-bakomeje-guterwa-inda-muri-iki-gihe-batari-kwiga

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s