Analyse de l'actualité

Rwanda : Les enfants des dignitaires des anciens régimes, l’atout pour le FPR ?

Le 13 mai 2022, « l’opposition rwandaise » en exil (partis politiques et activistes) a été secouée par la publication sur Facebook de la photo de la fille du Major Ntuyahaga accolée sur le très célébré idéologue de la haine du FPR Tom Ndahiro.

Pour comprendre le choc que la photo a créé, il faut se rappeler que Tom Ndahiro est le pire extrémiste du FPR, il est dit de lui qu’il travaillerait directement de la cellule de communication de la présidence rwandaise. Il est connu pour ses articles ou tweets abjectes qui appellent à la haine, à l’emprisonnement voire à la mort des voix dissidentes au Rwanda et à l’Exil. Un des exemples est ce tweet du 4 février 2021 dans le quel il s’en prend à Idamange Iryamugwiza Yvonne, il écrit dans son tweet : « cette Idamange est la fille de Binego et de Mukansugaye, elle n’est pas jeune. Elle dit ce qu’elle a pensé et a écrit. Elle avait quinze ans au moment du génocide perpétré contre lesTutsi. Le fait qu’elle utilise la bible pour propager la haine et la méchanceté est comme ce que Joseph Kony ou Kizito Mihigo ont fait ».

Comme pour Kizito Mihigo, comme pour Karasira Aimable et comme pour beaucoup d’autres la campagne de dénigrement était lancé et le 15 février 2021, Idamange Iryamugwiza Yvonne, une mère isolée de quatre enfants, rescapée du Génocide était illégalement et injustement emprisonnée pour avoir nié un génocide dont elle a survécu et dénoncé le fait qu’il soit instrumentalisé par le FPR pours ses intérêts politique (se maintenir au pouvoir)  et financier (source de revenu pour le système ùau détriment des rescapés).

Pour en savoir plus sur comment de personnes comme Tom Ndahiro opèrent, vous pouvez lire cet article :

Au Rwanda de Kagame : ils tuent vos parents et vous mettez en prison pour en avoir parlé!

Extrait : « Les figures de proue de la campagne de diffamation contre Karasira sont le fonctionnaire Edouard Bamporiki et le membre du FPR Tom Ndahiro, deux individus notoirement connus pour propager la haine à l’intérieur et à l’extérieur du Rwanda. »

Quant à la fille du major, Bernadette Ntuyahaga, elle a été connue de la majorité de l’opinion publique rwandaise lorsqu’elle a manifesté contre le rapatriement non voulu de son père au Rwanda. Auparavant elle défendait activement son père qu’elle considère être innocent. Dans un article consacré à son père, Justice Info souligne que ce retour forcé au Rwanda fin 2018 était vécu par la famille comme « une allée vers une mort certaine ».  Une fois au Rwanda le major Ntuyahaga a raconté à Justice Info qu’il a « été agréablement surpris, jusqu’à aujourd’hui [en 2021]» …. « Ce que j’ai trouvé ici est merveilleux : la politique d’unité et réconciliation. Même les ennemis d’hier se considèrent aujourd’hui comme des frères d’armes », raconte-t-il au journal.

Lorsque l’on sait l’état de la liberté d’expression au Rwanda, un pays où presque toutes les voix critiques sont en prison, ont été forcées à la disparition ou ont été assassinées, en principe l’on n’accorde pas beaucoup de crédit à ce que peut dire une personne au Rwanda car il est impossible de savoir si la personne s’est exprimée en toute liberté.

Ceci étant dit, entre les lignes de l’article, l’on comprend que sa femme devait se rendre à l’ambassade du Rwanda au Danemark pour des formalités administratives afin de permettre à son mari de récupérer l’argent issu de la vente de leur propriété au Rwanda, argent qui a été versé au Trésor public.

Lorsque l’on sait que les ambassades du Rwanda à l’étranger servent des relais pour recruter les opposants dans une stratégie qui consiste à affaiblir l’opposition, à infiltrer et espionner l’opposition, l’on pourrait conclure que la fille de Ntuyahaga a été approchée et recrutée par le FPR. Mais ce n’est qu’une hypothèse pour tenter de comprendre la photo.

Bernadette Ntuyahaga a justifié sur sa page Facebook que le fait qu’elle ait participé aux évènements de commémoration du Génocide auprès des officiels du gouvernement rwandais dont l’ambassadrice du Rwanda au Danemark, Diane Gashumba et ait pris une photo qui la montre accolée à Tom Ndahiro est une façon efficace de lutter contre le FPR. Ses partisans ou « amis » ont même comparé son combat à celui de Carine Canimba, qui avec sa famille mènent une lutte acharnée contre le gouvernement rwandais pour faire libérer son père, le héros rwandais Paul Rusesabagina, injustement emprisonné au Rwanda. Une comparaison étonnante dans la mesure où là où le Major Ntuyahaga qui a été emprisonné pour son rôle dans l’assassinat de dix para-commandos belges, le 7 avril 1994 est choyé par le FPR et Paul Rusesabagina qui a sauvé la vie de plus d’un millier des rwandais pendant le génocide est emprisonné par le FPR.

Qu’est ce qui a poussé une personne se définissant comme faisant partie de « l’opposition rwandaise » à se rapprocher des figures de l’ autorité rwandaise ? Tout d’abord soulignons que dès que l’on commence à dire ce qui ne va pas au Rwanda, l’on perd systématiquement ses amis et proches qui prennent leurs distances par peur de représailles par le FPR. S’ils sont au Rwanda le danger est réel (comme la famille Rwigara qui a passé des mois en prison pour avoir échanger par messagerie privée avec leurs proches qui sont dans l’opposition), s’ils vivent à l’étranger, ils s’éloignent par précaution afin de pouvoir aller à l’ambassade du Rwanda en cas de besoin au Rwanda. Soulignons aussi qu’une personne se définissant comme faisant partie de l’opposition n’est absolument pas la bienvenue aux évènements organisé par le gouvernement rwandais.

De ce fait faire partie de l’opposition et avoir des relations cordiales avec le gouvernement rwandais sont deux choses incompatibles. C’est pour cela qu’il est intéressant de comprendre le vrai motif des photos qui ont circulé non pas dans les yeux de l’opposition mais dans ceux du FPR. Que peut faire le FPR avec ces photos ?

Avant de répondre à cette question, notons que c’est le journal pro-régime, Igihe.com, qui a diffusé une partie des photos ! A l’heure où le Danemark, le Royaume Uni veulent faire la néo traitée négrière en vendant les demandeurs d’asile d’origine africaine au Rwanda, ces pays font face à des objections qui mettent en avant l’absence d’un Etat de droit au Rwanda. Quoi de mieux qu’une photo d’une fille d’un Major, ayant craint le retour de son père au Rwanda qui maintenant est en lune de miel avec le FPR ? Oui l’on peut dire tout ce que l’on veut à une photo !

Que penser de prisonniers en France ou ailleurs pour les crimes de génocide qui pourraient faire l’objet de proposition pour qu’ils aient finir leurs peines au Rwanda ou qu’ils soient renvoyés au Rwanda après leur période d’incarcération ? Quels arguments dans un avenir proche ou lointain vont avancer leurs familles face à ces photos qui parlent d’elles-mêmes ?

Pour conclure, lorsque j’ai vu des figures de l’opposition rwandaise prendre la défense de la fille du major Ntuyahaga, je me suis posée la question si la personne sur la photo aux côtes de l’idéologue de la haine, avait été un enfant de « Mwene Ngofero – un citoyen lambda qui n’a pas eu des responsabilités politiques sous les précédents régimes au Rwanda », quelle aurait été leur réaction ?

Je peux vous répondre, tout le monde lui aurait jeté des pierres et maudit. Tant que les Rwandais auront un rapport à la vérité biaisé car basé sur la lutte pour maintenir des privilèges (qu’ils soient de l’actuel ou des anciens régimes), les dictatures auront des belles années devant elles au Rwanda. Néanmoins le salut du Rwanda est garanti car si la lutte est de plus en plus longue, le temps permet de plus en plus de différencier ceux qui sont dans la lutte pour défendre leurs privilèges et ceux qui militent vraiment et sincèrement pour l’établissement de l’Etat de droit au Rwanda (vérité, justice et réconciliation véritables) et d’un système basé sur la méritocratie et non sur la descendance généalogique ou l’appartenance à tel ou tel groupe.

Les dès sont lancés, l’avenir nous dira le groupe qui va atteindra ses objectifs!

Alice Mutikeys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s