Analyse de l'actualité

Lettre ouverte au conseil des droits de l’Homme Examen Périodique Universel groupe de travail du bureau du haut-commissaire des nations unies aux droits de l’homme

La lettre originale est en anglais et est publiée ici

Objet : Appel au pilotage de vos recommandations formulées dans le cadre de l’Examen périodique universel sur le Rwanda, lors du Conseil des droits de l’homme à Genève le 25 janvier 2021.

Chers membres (tous)

L’Alliance Rwandaise pour le Pacte National – RANP Abaryankuna tient à vous exprimer sa gratitude ainsi qu’à tous les pays membres pour vos déclarations appelant le régime de Kigali à respecter les droits humains fondamentaux et à faire en sorte que le peuple rwandais en bénéficie. Certes, il n’est jamais trop tard et il devient même urgent que le monde entier sorte de son silence et condamne avec la plus grande fermeté les manœuvres dictatoriales qui, depuis deux décennies, se sont progressivement installées au Rwanda.

En effet, nous voudrions attirer votre attention sur les cas de nombreux jeunes Rwandais qui ont rejoint notre mouvement depuis le début jusqu’à aujourd’hui, et qui l’ont même payé de leur vie. Nous citons en premier lieu les membres fondateurs constitués du trinôme Niyomugabo Nyamihirwa Gerald, Kizito Mihigo et Ntamuhanga Cassien. Les deux premiers ont perdu la vie en détention tandis que le dernier est actuellement traqué par le régime rwandais. D’autres qui ont rejoint le mouvement comme le journaliste Phocas Ndayizera et ses 12 camarades sont actuellement emprisonnés au Rwanda depuis la fin de 2018[1]. D’autres comme Ntiyatwibagiwe Jean Bosco ont tout simplement disparu et beaucoup d’autres ont pris le chemin de l’exil pour leur sécurité.

Par la suite, en avril 2019, les services secrets rwandais ont kidnappé M. Albert Higiro, la quatrième personne de la famille de Ntamuhanga Cassien enlevée après ses frères Ngabo Fikiri, Jimmy Ngabonziza Moses et Mutuyimana Joel, tous kidnappés par les mêmes services en octobre 2016. Jusqu’à ce jour, on ignore leur sort.

De gauche à droite : Albert Higiro, Mutuyimana Joel, Jimmy Ngabonziza Moses et Ngabo Fikiri

Contrairement aux fausses déclarations de M. Johnson Busingye, l’actuel ministre rwandais de la justice, les jeunes membres de notre mouvement ont été arrêtés, emprisonnés dans des cellules de détention secrètes, torturés jusqu’à ce qu’ils fassent de faux aveux les accusant de comploter contre le régime du président Paul Kagame. Par exemple, Eliakim Karangwa[2] « a fait ces aveux sous pression parce qu’il était désorienté (interrogé dans un endroit où il ne pouvait pas savoir où il était) et les yeux bandés. Il convient de rappeler ici que les douze co-accusés de Phocas Ndayizera sont restés portés disparus, sans que leurs familles ne sachent où ils étaient pendant un mois. Ils ont miraculeusement réapparu lors de la première audience publique de Phocas Ndayizera

En 2019, Neil Edwards a recommandé aux États-Unis d’Amérique de mettre en place une politique claire et cohérente qui encourage le gouvernement rwandais à adopter des institutions inclusives, étant donné que 66%[3] de la population rwandaise est née après 1990. Par conséquent, la guerre ou le génocide perpétré contre les Tutsis ou d’autres crimes de masse qui n’ont pas été qualifiés de génocide comme l’a souligné feu Kizito Mihigo, ne peuvent pas être utilisés pour réprimer leur liberté d’expression ou d’opinion politique en raison de leur jeune âge au moment de ces événements dramatiques qui ont plongé le Rwanda dans le deuil.  Nous pouvons citer Bizimana Terence, 23 ans aujourd’hui, membre de notre mouvement qui est maintenant en prison. Le 9 juin 2020, il l’a déclaré lors des auditions : « Je n’ai pas les moyens de renverser le régime, je ne sais pas pourquoi le procureur a dit cela. Seule une personne ayant les moyens peut renverser un pouvoir, c’est ce que l’Histoire nous enseigne, je n’ai pas les moyens[4]

Dans cette parodie de justice, nous avons attendu le 18 septembre 2020, jour que le ministère public rwandais évoque sans l’admettre la véritable raison pour laquelle il a mis des innocents en prison. Ce jour-là, le ministère public s’est fourvoyé et a déclaré que « [5]Ntamuhanga et Ndayizera ont fondé le mouvement « Abaryankuna » qui critiquait les autorités rwandaises et que Cassien Ntamuhanga était « le coordinateur du mouvement ». Le bureau du procureur a déclaré au tribunal qu’il y avait quatre enregistrements audios de Ntamuhanga critiquant le régime rwandais actuel. ».  Ce jour-là, le tribunal devait se prononcer sur la culpabilité ou l’innocence des accusés. Au lieu de cela, le ministère public a décidé de reclasser les faits pour lesquels ils sont poursuivis, c’est-à-dire « conspiration contre le gouvernement rwandais avec l’intention de le renverser par la guerre ou par une autre force ; conspiration et incitation à commettre un crime de terrorisme ; utilisation illégale d’explosifs dans des lieux publics et à se livrer à des activités criminelles », et il a ajouté les crimes de « complicité »-icyitso » et de « planification – gucura umugambi ». Encore une fois, il s’agit d’une pure parodie de justice.

En janvier 2021, un groupe d’individus a été arrêté à Kigali pour ne pas avoir suivi les mesures du gouvernement sur le confinement. L’un d’eux est Gatete Nyiringabo, un fervent partisan du régime et actif sur Twitter. Ils seront libérés quelques jours plus tard tandis que notre membre et journaliste indépendant Niyonsenga Dieudonne connu sous le nom de Cyuma Hassan qui a rapporté à la Voix de l’Amérique les blessures qu’il a relevées sur le corps de Kizito Mihigo est toujours incarcéré pour avoir enfreint les mêmes mesures depuis avril 2020.

Cyuma Hassan

Nous restons convaincus que les recommandations[6]  des Etats-Unis au gouvernement rwandais ci-dessous :

  1. Promouvoir le droit à la liberté d’expression en mettant fin aux détentions et au harcèlement des membres des médias et de la société civile pour leurs reportages.
  2. Mener des enquêtes indépendantes et transparentes sur les allégations crédibles d’arrestations et de détentions illégales ou arbitraires, d’assassinats et de disparitions forcées de défenseurs des droits de l’homme, d’opposants politiques et de journalistes, en poursuivant les auteurs présumés en vertu de la loi.
  3. Faire respecter la protection des droits à la vie et à la liberté de toutes les personnes en renforçant l’indépendance du système judiciaire et en veillant à ce que personne ne soit condamnée sur la base d’informations obtenues sous la torture ou la contrainte.

avaient été suivie, Phocas Ndayizera et ses co-accusés et tant d’autres membres de notre mouvement n’auraient pas été en prison.

La poursuite de la parodie de justice pour le cas de Phocas Ndayizera et de ses co-accusés est prévue pour ce 08 février 2021. Tout en saluant votre récent examen du bilan du Rwanda en matière de droits humains fondamentaux, nous vous invitons à nouveau à entreprendre de nouvelles actions de pilotage en ce sens, qui pourraient permettre de rendre justice à de nombreuses personnes, y compris les détenus mentionnés dans la présente lettre.  La persistance de l’inaction et/ou les réactions timides de la communauté internationale continueront à rendre le régime actuel de Paul Kagame insensible à ces violations des droits humains fondamentaux et le rendront donc beaucoup plus répressif.

En 2020, 48[7] personnes ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires par les forces de sécurité rwandaises et personne n’a été poursuivie ou emprisonnée. Le gouvernement a démenti vos déclarations en déclarant que les membres de la commission qui ont fait part de leurs préoccupations n’ont aucune preuve. Toutefois, sur la base des exemples ci-dessus, nous nous joignons à votre appel au nom de 12 millions de Rwandais et des victimes du régime pour continuer à exiger que le gouvernement rwandais :

  1. Mène des enquêtes transparentes, crédibles et indépendantes sur les allégations d’exécutions extrajudiciaires, de décès en détention, de disparitions forcées et de torture, et traduise les auteurs de ces actes en justice.
  2. Protège les journalistes et leur permette de travailler librement, sans crainte de représailles, et veille à ce que les autorités de l’État respectent la loi sur l’accès à l’information.
  3. Examine, identifie et apporte un soutien aux victimes de la traite, y compris celles qui sont détenues dans les centres de transit du gouvernement.

Au-delà de vos recommandations, nous aimerions vous inviter à suivre de près la poursuite du procès de Phocas Ndayizera et de ses 12 co-accusés afin de s’assurer que le gouvernement rwandais rectifie la situation et les libère. Ce procès ne peut à lui seul expliquer l’ampleur de la répression dont les membres de notre mouvement révolutionnaire sont et ont été victimes, avec pour seul crime d’exprimer notre programme politique visant à éradiquer la rancœur ethnique parmi les Rwandais et à faire en sorte que « Plus jamais ça » soit une déclaration qui ait un sens au Rwanda. Et pas seulement pour les membres de notre mouvement, mais aussi pour d’autres militants, politiciens, journalistes, étudiants, citoyens ordinaires, emprisonnés et réduits au silence pour avoir exprimé leurs opinions politiques au Rwanda.

Agir pour l’avenir du Rwanda, c’est agir pour mettre fin à la culture de l’impunité et à la justice parallèle que le président Paul Kagame lui-même reconnaît avoir instaurée[8]. Le Rwanda libre et démocratique ne profitera pas seulement à sa population mais aussi à toute la région des Grands Lacs dont l’interconnectivité socio-économique, historique et politique a été révélée au monde. 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées,

Pour l’Alliance Rwandaise pour le Pacte National (RANP) – ABARYANKUNA

Le Secrétariat général


[1] https://www.jambonews.net/en/actualites/20191128-rwanda-trial-of-journalist-phocas-ndayizera/

[2] https://www.abaryankuna.com/justice-journalitse-phocas-ndayizera-the-factory-of-false-witnesses-has-run/

[3] https://www.cfr.org/blog/why-rwanda-needs-prepare-now-kagames-promised-departure-2024?utm_medium=social_share&utm_source=fb

[4] https://www.abaryankuna.com/justice-la-suite-du-proces-dit-du-journaliste-phocas-ndayizera-proces-contre-la-jeunesse-rwandaise/

[5] https://www.abaryankuna.com/peine-de-prison-a-vie-demandee-pour-phocas-ndayizera-et-ses-coaccuses/

[6] https://www.state.gov/reports/2019-country-reports-on-human-rights-practices/rwanda/   

[7] https://www.rwandanlivesmatter.site/#/numbers

[8] https://www.theguardian.com/news/2019/jan/15/rwanda-who-killed-patrick-karegeya-exiled-spy-chief ; https://www.jambonews.net/en/actualites/20190402-rwanda-paul-kagames-top-10-chilling-speeches/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s